Les lauréats des prix d’excellence

La Société canadienne du cancer promeut et reconnait l’excellence de réalisations exceptionnelles dans le domaine de la recherche sur le cancer.

Depuis 1993, nous avons reconnu le travail des meilleurs chercheurs au pays par les prix d’excellence de la Société canadienne du cancer. Nous sommes fiers de rendre hommage à ces hommes et ces femmes de talent qui ont joué un rôle clé dans les progrès de la recherche sur le cancer. Ces personnes ont apporté une contribution importante et significative en participant aux progrès de la recherche biomédicale sur le cancer ou en dirigeant une recherche qui a eu un impact majeur sur le contrôle du cancer au Canada. Cette année, nous avons deux nouveaux prix : le prix pour l'ensemble de la contribution et le prix d'excellence en matière d'inclusion.

Félicitations à tous nos lauréats!

Prix pour l’ensemble de la contribution de la Société canadienne du cancer

Dr Joseph Pater, lauréat 2020

Professeur émérite, Université Queen’s
Chercheur principal, Groupe canadien des essais sur le cancer

Le Dr Joseph Pater est reconnu mondialement comme le père des essais cliniques de recherche sur le cancer au Canada. C’est un chercheur, un mentor et un professeur de renommée internationale, et ses travaux ont profité à des générations de chercheurs cliniques au Canada, tout en améliorant directement la vie des personnes atteintes de cancer du monde entier.

Directeur fondateur du Groupe canadien des essais sur le cancer (GCEC), le Dr Pater a été à la tête du GCEC pendant 27 ans, le faisant passer d’un petit réseau de coopération au plus grand réseau collaboratif national d’essais cliniques sur le cancer au Canada. Durant ses années au GCEC, le Dr Pater a joué un rôle actif dans la conception, le déroulement et l’analyse de plus de 500 essais canadiens et internationaux sur le cancer auxquels plus de 45 000 personnes du monde entier ont participé. Les résultats de ces essais ont mené à l’élaboration de nouveaux traitements pour de nombreux cancers différents, dont les cancers du cerveau, du sein, du côlon et du poumon, en plus d’établir de nouvelles normes de soins au Canada et ailleurs dans le monde.

Le Dr Pater est un champion infatigable de la médecine fondée sur des données probantes et de l’innovation dans les essais cliniques sur le cancer, œuvrant constamment à promouvoir des collaborations efficaces entre les médecins et les chercheurs de l’ensemble du pays. Il est aussi un grand défenseur de l’inclusion de la voix des patients dans la recherche clinique et du recours aux résultats rapportés par les patients, comme la qualité de vie, lors des essais cliniques sur le cancer. Sous sa direction, le GCEC est devenu un chef de file mondial en incorporant des mesures de la qualité de vie dans les essais cliniques sur le cancer et en mettant sur pied un comité de représentants des patients pour s’assurer que les essais menés abordaient bien les besoins des personnes atteintes de cancer.

Dr Joseph Pater
Dr Joseph Pater

Prix d’excellence en matière d’inclusion de la Société canadienne du cancer

Dre Nadine Caron, colauréate 2020

Titulaire de la chaire de recherche sur le cancer et le bien-être de la Régie de la santé des Premières Nations, Faculté de médecine, Université de la Colombie-Britannique (UBC)
Codirectrice, Centre d’excellence en santé autochtone, UBC
Professeure, Département de chirurgie, UBC
Scientifique principale, Canada’s Michael Smith Genome Sciences Centre, BC Cancer Research Institute
Chirurgienne, Prince George Regional Hospital/University Hospital Northern British Columbia

La Dre Nadine Caron est une chirurgienne, chercheuse et professeure qui a milité avec acharnement pour défendre les droits des peuples autochtones et des collectivités marginalisées en ce qui concerne la recherche sur le cancer et les soins des patients au Canada. Membre de la Première Nation Sagamok Anishnawbek, elle s’est fait, tout au long de sa carrière, la championne de la santé des Autochtones et du besoin de s’attaquer aux inégalités entourant l’accès aux soins de santé et à la recherche pour les Canadiens des communautés autochtones, rurales ou du Nord. Elle a dirigé une étude déterminante qui a montré que les taux d’incidence de certains cancers étaient supérieurs tandis que les taux de survie de presque tous les cancers étaient inférieurs parmi les peuples des Premières nations comparativement aux autres communautés en Colombie-Britannique (C.-B). Ces résultats ont servi à appuyer la stratégie contre le cancer récemment déployée au sein des Premières Nations de la C.-B.

En 2014, la Dre Caron a contribué à la fondation du Centre d’excellence en santé autochtone de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et elle en est aujourd’hui la codirectrice. Le Centre a pour but d’améliorer le recrutement et le maintien des étudiants autochtones dans les professions de la santé, de concevoir des cours et des programmes qui abordent les questions relatives à la santé des Autochtones ainsi que d’approfondir les recherches sur la santé autochtone en général. En 2020, la Dre Caron a été nommée première titulaire de la chaire de recherche sur le cancer et le bien-être de la Régie de la santé des Premières Nations à l’UBC. À ce titre, elle élabore des stratégies pour mieux comprendre, prévenir et aborder le cancer chez les peuples autochtones du Canada.

La Dre Caron mène aussi deux initiatives de recherche majeures visant à aider les personnes autochtones à profiter des avancées récentes faites dans les domaines de la recherche sur la génétique du cancer et de la médecine de précision. Ces initiatives se penchent sur l’absence de données génétiques de référence pour les peuples autochtones du Canada dans les bases de données publiques, des données sans lesquelles il est impossible de poser un diagnostic précis et de recourir à la médecine de précision. Dans le cadre de la Northern Biobank Initiative et du projet Génomes silencieux, la Dre Caron a effectué de nombreuses consultations avec les communautés autochtones pour tisser un lien de confiance avec elles et s’assurer que leurs valeurs et les résultats relatifs à la santé soient mis au premier plan de tous les aspects de ces projets.

Grâce à sa grande passion, à sa vision ambitieuse et à sa défense indéfectible de l’intérêt public, la Dre Caron contribue à rendre la recherche sur le cancer ainsi que les soins offerts aux personnes qui en sont atteintes plus équitables, plus diversifiés et plus inclusifs des peuples autochtones du Canada.

 
Dr Nadine Caron
caron

Prix d’excellence en matière d’inclusion de la Société canadienne du cancer

Juliet Daniel, Ph. D., colauréate 2020

Professeure, Département de biologie, Université McMaster
Doyenne associée par intérim, Recherche et relations externes, Faculté des sciences, Université McMaster

Juliet Daniel, Ph. D. est une chercheuse en oncologie qui a fait preuve d’initiative exceptionnelle pour faire progresser l’équité, la diversité et l’inclusion non seulement dans son propre programme de recherche, mais aussi au sein de la communauté de recherche et de la communauté non scientifique en général.

La recherche de Juliet Daniel se concentre sur le cancer du côlon et sur le cancer du sein triple négatif, un type de cancer du sein agressif et difficile à traiter qui survient plus fréquemment chez les jeunes femmes d’origine africaine ou hispanique. En plus d’essayer de comprendre ces inégalités raciales du point de vue biologique, elle a collaboré avec des organismes communautaires pour mettre sur pied une campagne visant à sensibiliser les jeunes femmes noires au cancer du sein, plus précisément au cancer du sein triple négatif, et à dissiper la stigmatisation sociale entourant cette maladie.

À l’Université McMaster, Madame Daniel a contribué à rendre la communauté plus inclusive en étant l’un des membres les plus anciens du comité consultatif du président pour la création d’une communauté inclusive et en étant l’une des organisatrices principales du groupe facultaire des femmes en sciences de McMaster. Elle agit aussi comme mentor du corps professoral pour l’initiative d’étudiantes diplômées en sciences et en génie. Ses efforts de défense de l’intérêt public ont eu des retombées à l’échelle nationale et elle est cofondatrice du Réseau canadien des scientifiques noirs, dont la mission est de mettre en relation les Canadiens noirs œuvrant dans les domaines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques afin de leur offrir du soutien et de les aider à avancer dans leurs carrières.

En tant que femme scientifique noire, Juliet Daniel est un modèle inspirant pour les jeunes qui pourraient ne pas se sentir représentés dans le milieu des sciences et de la recherche. Tout au long de sa carrière, elle s’est efforcée de rendre le domaine de la recherche un milieu accueillant pour les étudiants de tous les horizons en faisant du mentorat et en militant au nom des stagiaires afin de les aider à réussir sur les plans universitaire et personnel. Elle est également un membre fondateur de l’organisme communautaire sans but lucratif Canadian Multicultural LEAD Organization, qui offre du mentorat et de la formation aux jeunes et aux adultes des minorités.

Grâce à sa recherche, à son mentorat et à sa défense de l’intérêt public, Juliet Daniel est devenue une figure influente de la promotion d’un milieu scientifique plus inclusif qui produira de grands résultats dont tous les Canadiens pourront bénéficier.

Dr Juliet Daniel
Juliet Daniel, Ph. D.

Prix O. Harold Warwick de la Société canadienne du cancer

Geoffrey Fong, Ph. D., lauréat 2020

Professeur de psychologie et de santé publique et systèmes de santé, Université de Waterloo
Chercheur principal, Institut ontarien de recherche sur le cancer

Geoffrey Fong, Ph. D., est considéré par ses collègues comme un héros de la santé publique internationale pour son œuvre en matière de lutte contre le tabagisme. Grâce à lui, de nombreux pays ont maintenant adopté des politiques rigoureuses pour protéger leurs citoyens contre les méfaits du tabagisme, l’une des principales causes de cancer dans le monde.

En 2002, il a fondé le projet international d’évaluation des politiques publiques de lutte antitabac (projet ITC), qui est devenu le plus grand programme de recherche sur le tabagisme au monde. En tant que chercheur principal en chef du projet, Geoffrey Fong dirige une équipe de 150 chercheurs répartis dans 29 pays et possédant une expertise dans 10 domaines scientifiques. Le projet ITC a pour objectif de servir de plateforme de recherche internationale afin d’évaluer les retombées de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour la lutte antitabac et de fournir des données probantes qui guideront et amélioreront les politiques de lutte contre le tabagisme.

En plus de mener des recherches, Geoffrey Fong travaille sans relâche pour faire directement connaître ses résultats aux gouvernements, aux organismes internationaux et aux groupes de défense de l’intérêt public. Par exemple, au Canada, son témoignage à titre d’expert et la présentation des données du projet ITC ont joué un rôle clé dans l’adoption d’emballages neutres et la révision des mises en garde apparaissant sur les paquets de cigarettes. De plus, les travaux de Monsieur Fong sont souvent évoqués pour défendre des politiques contestées par l’industrie du tabac. La recherche et les initiatives de défense de l’intérêt public de Geoffrey Fong et du projet ITC ont collectivement été reconnues et citées comme ayant servi à guider et à améliorer des politiques clés en matière de lutte contre le tabagisme dans le monde entier, comme l’augmentation de la taille et du caractère-choc des mises en garde relatives à la santé sur les étiquettes des paquets de cigarettes, l’augmentation de la protection des enfants et des non-fumeurs contre la fumée secondaire et la hausse des taxes sur les produits du tabac.

Les réalisations de Geoffrey Fong dans le cadre du projet ITC ont eu des retombées sans précédent sur la santé de millions de personnes partout dans le monde, contribuant à prévenir le cancer et d’autres maladies liées au tabagisme. Il est indéniable que ses efforts ont aidé à réduire la consommation de tabac au Canada et ailleurs, ce qui a permis de sauver d’innombrables vies.

Dr Geoffrey Fong
Geoffrey Fong, Ph. D.

Prix William E. Rawls de la Société canadienne du cancer

Yvonne Bombard, Ph. D., lauréate 2020

Professeure agrégée, Institute of Health Policy, Management and Evaluation, Dalla Lana School of Public Health, Université de Toronto
Chercheuse scientifique (niveau 3), Li Ka Shing Knowledge Institutes of Unity Health Toronto

Yvonne Bombard, Ph. D., est une chercheuse en services de santé dont les travaux sur la génomique du cancer ont directement contribué à l’établissement de lois, de politiques en matière de santé et de lignes directrices cliniques au Canada ainsi qu’ailleurs dans le monde.

La génomique du cancer analyse l’ensemble complet de l’information génétique des cellules cancéreuses comparativement à celle des cellules saines afin de découvrir les différences génétiques qui pourraient être favorables au développement de la maladie. Les résultats, obtenus au moyen d’épreuves génétiques, peuvent également apporter des renseignements utiles sur les points faibles et le pronostic d’un cancer, ce qui aide les médecins à personnaliser les traitements selon le cancer et la génétique uniques de chaque personne atteinte. Cependant, de nombreux Canadiens refusent de passer des examens génétiques, car ils craignent que leur information génétique soit utilisée pour leur refuser un emploi ou une assurance, un type de discrimination appelé discrimination génétique.

Pour s’attaquer à ces préoccupations, Yvonne Bombard a mené la première étude sur la discrimination génétique au Canada, laquelle a été décrite comme novatrice et déterminante. Ses travaux ont mis en lumière les effets importants et étendus de la discrimination génétique sur les Canadiens et leurs familles. Sa recherche et ses initiatives de défense de l’intérêt public, qui ont inclus des témoignages à titre d’experte lors d’auditions devant le Parlement et le Sénat, ont directement contribué à l’adoption du projet de loi S-201, celui de la Loi sur la non-discrimination génétique, qui est devenu une loi fédérale en mai 2017. Cette nouvelle loi a aidé à apaiser les craintes du public concernant la discrimination génétique et a encouragé les personnes concernées à passer des examens génétiques, ce qui leur a permis de bénéficier de stratégies de médecine de précision visant à réduire leur risque de cancer ou à traiter la maladie de façon plus efficace.

Les résultats des épreuves génétiques peuvent aussi fournir des renseignements qui ne sont pas liés au cancer, mais qui ont d’autres répercussions sur la santé. Madame Bombard a également conçu le premier outil en ligne d’aide à la décision pour permettre aux personnes atteintes de cancer de comprendre ces résultats, appelés découvertes fortuites. Genomics ADvISER est une application de télésanté axée sur les patients qui aide les personnes à mieux comprendre la signification et les implications des résultats de leurs examens génétiques et qui leur donne les moyens de prendre part à la prise de décisions partagée.

Grâce à ses recherches, Madame Bombard a aidé les gouvernements et les systèmes de santé à adopter des lois et des politiques qui rendent le dépistage génétique plus sûr, plus éthique et plus efficace afin que davantage de personnes atteintes de cancer puissent prendre leur propre santé en main, vivre plus longtemps et profiter pleinement de la vie.

Dr Yvonne Bombard
Yvonne Bombard, Ph. D

Prix Robert L. Noble de la Société canadienne du cancer

Dre Nada Jabado, lauréate 2020

Professeure de pédiatrie et de génétique humaine, Université McGill
Médecin membre du personnel, Division d’hématologie-oncologie, Hôpital de Montréal pour enfants
Chercheuse principale, Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill

La Dre Nada Jabado est une experte de renommée internationale et une chef de file dans le domaine du cancer du cerveau chez les enfants. En tant qu’oncologue pédiatre, elle passe beaucoup de temps à voir et à aider des enfants atteints de cancer et leurs familles. De plus, ses travaux à titre de chercheuse ont eu une incidence énorme sur notre compréhension des tumeurs cérébrales infantiles et ont transformé les soins prodigués aux enfants qui en sont atteints.

Lors d’une étude novatrice publiée en 2012, la Dre Jabado et son équipe ont montré, pour la première fois, que près de la moitié des cas de glioblastome infantile, un type agressif de tumeur cérébrale, étaient causés par des mutations génétiques affectant la structure et l’organisation de l’ADN. Ces mutations expliquaient aussi pourquoi ces tumeurs résistent souvent à la chimiothérapie standard. Les observations de la Dre Jabado ont directement mené à une mise à jour du manuel de classification des tumeurs cérébrales de l’Organisation mondiale de la Santé, qui inclut désormais les mutations découvertes par son équipe comme d’importants marqueurs pour le diagnostic et le traitement efficace de ces tumeurs cérébrales mortelles.

La recherche de la Dre Jabado a aussi révélé que les tumeurs cérébrales chez les enfants sont différentes de celles du même type chez les adultes. Cette importante découverte a entraîné un changement radical dans la façon de traiter les tumeurs cérébrales infantiles, permettant ainsi aux enfants qui en sont atteints d’avoir accès à des traitements plus efficaces et moins toxiques pour leur corps en plein développement.

Au cours de sa carrière, la Dre Jabado a apporté des contributions à la recherche sur le cancer du cerveau chez l’enfant qui ont permis de faire des progrès et qui ont fondamentalement transformé ce domaine ainsi que le travail de ses collègues. Grâce aux efforts de la chercheuse, les traitements des tumeurs cérébrales infantiles se sont améliorés et continueront de le faire, aidant du même coup les enfants du monde entier qui en sont atteints à vivre plus longtemps et, avec leurs familles, à profiter d’une meilleure qualité de vie.

Dr Nada Jabado
Dre Nada Jabado

Prix Bernard et Francine Dorval de la Société canadienne du cancer

Claudia Kleinman, Ph. D., lauréate 2020

Professeure adjointe, Département de génétique humaine, Université McGill
Chercheuse à temps plein, Institut Lady Davis, Hôpital général juif

Claudia Kleinman, Ph. D., est une étoile montante dans le domaine de la recherche sur le cancer du cerveau chez l’enfant. Ses travaux ont fondamentalement transformé notre compréhension de l’apparition et du traitement de cette maladie. À titre de chercheuse, elle possède une vaste et profonde expertise à la fois en informatique et en biologie moléculaire. Ce rare amalgame de compétences lui a permis de laisser une très grande marque dans le domaine malgré sa jeune carrière.

Les recherches de Claudia Kleinman associent des technologies génétiques de pointe, des techniques informatiques avancées et des épreuves de laboratoire pour cartographier le développement du cerveau humain au niveau cellulaire. En analysant des centaines de milliers de cellules cérébrales, son équipe a créé un atlas du développement du cerveau humain qui a fourni de l’information essentielle pour mieux comprendre comment les tumeurs cérébrales apparaissent chez les enfants. Au cours des dernières années, Claudia Kleinman a publié plusieurs études phares décrivant où et quand différentes tumeurs cérébrales infantiles prennent naissance. Grâce à ses découvertes, la définition même de certaines tumeurs a changé, et on a proposé de nouveaux traitements possibles pour d’autres. De plus, ses travaux ont généré des ressources inestimables non seulement pour la communauté des chercheurs étudiant le cancer du cerveau, mais aussi pour les chercheurs en neurosciences et en biologie du développement.

Avec son parcours impressionnant parsemé de réussites, la chercheuse en début de carrière est en voie de devenir une chef de file en recherche sur le cancer du cerveau chez les enfants et apportera d’importantes contributions qui amélioreront l’issue de la maladie chez les jeunes atteints de ces cancers mortels.

Dr Claudio Kleinman
Claudia Kleinman, Ph. D

Lauréats précédents

Lauréats précédents du prix Robert L. Noble de la Société canadienne du cancer :

Jerry Pelletier, Ph. D., 2019
Pamela Ohashi, Ph. D., 2018
Morag Park, Ph. D., 2017
Dr  Poul Sorensen, Ph. D., 2016
Rama Khokha, Ph. D., 2014 colauréate
Dr  James T. Rutka, Ph. D., 2014 colauréate
Shoukat Dedhar, Ph. D., 2013
Michel Tremblay, Ph. D., 2012
John Bell, Ph. D., 2011
Mitsu Ikura, Ph. D., 2010
Brian Wilson, Ph. D., 2009
Mark Henkelman, Ph. D., 2008
Richard Hill, Ph. D., 2007
Carol Cass, Ph. D., 2006
Susan Cole, Ph. D., 2005 colauréate
Roger Deeley, Ph. D., 2005 colauréate
Robert Kerbel, Ph. D., 2004
Connie Eaves, Ph. D., 2003
Nahum Sonenberg, Ph. D., 2002
Chris Bleackley, Ph. D., 2001
John Dick, Ph. D., 2000
Janet Rossant, Ph. D., 1999
Frank L. Graham, Ph. D., 1998
Alan Bernstein, Ph. D., 1997
Tak W. Mak, Ph. D., 1996
A.J. Pawson, Ph. D., 1995
Victor Ling, Ph. D., 1994

Lauréats précédents du prix O. Harold Warwick de la Société canadienne du cancer :

Dr Timothy Whelan, 2019
Dr  J Gregory Cairncross, 2018
Kerry Courneya, Ph. D., 2018
Dr  Brian O'Sullivan, 2017
Dre Mary Gospodarowicz, 2016
Dr  Laurence Klotz, 2014
William Foulkes, Ph. D., 2013 colauréate
Christine Friedenreich, Ph. D., 2013 colauréate
Dr  Steven Narod, 2012 colauréate
Dr  Michael Pollak, 2012 colauréate
Dr  Ming-Sound Tsao, 2011
Richard Gallagher, Ph. D., 2010
Dr  Ronald Barr, 2009
Dr  Harvey Max Chochinov, Ph. D., 2008
Dr  Mark Greenberg, 2007
Dre Frances Shepherd, 2006
Dre Kathleen Pritchard, 2005
Eduardo Franco, Ph. D., 2004
Ian Tannock, Ph. D., 2003
Dre Elizabeth Eisenhauer, 2002
Dr  Joseph Pater, 2001
Dr  George Browman, 2000
Dr Mark Levine, 1999
Dre Brenda L. Gallie, 1998
Dr Norman Boyd, 1997
Allan Best, Ph. D., 1996
Dr  W.R. Bruce, Ph. D., 1995
Dr  Richard Margolese, 1994
Dr Anthony Miller, 1993

Lauréats précédents du prix William E. Rawls Prize de la Société canadienne du cancer :

Darren Brenner, Ph. D., 2019 colauréate
Dr David Palma, Ph. D., 2019 colauréate
Dr Rodger Tiedemann, Ph. D., 2018
Dre Gelareh Zadeh, Ph. D., 2018
DPhilippe Bedard, 2017
Catherine Sabiston, Ph. D., 2016
Dr Michael Taylor, Ph. D., 2014
David Hammond, Ph. D., 2013
Dr David Huntsman, 2012
Dre Nada Jabado, Ph. D., 2011
Dre Camilla Zimmermann, Ph. D., 2010
Dre Lillian Sung, Ph. D., 2009
Dr Geoffrey Liu, 2008
Linda Carlson, Ph. D., 2007
Wan Lam, Ph. D., 2006
Linda Cook, Ph. D., 2004
Daniel Dumont, Ph. D., 2003
Charles Boone, Ph. D., 2002
Dr  Martin Gleave, 2001
Dr  Timothy Whelan, 2000
Dr Josef Penninger, Ph. D., 1999
Jeffrey Wrana, Ph. D., 1998 colauréate
Michael D. Tyers, Ph. D., 1998 colauréate
Pamela Ohashi, Ph. D., 1998 colauréate
Jerry Pelletier, Ph. D., 1997
Mitsuhiko Ikura, Ph. D., 1996
Susan M. Rosenberg, Ph. D., 1995
Dr  André Veillette, 1994
Philippe Gros, Ph. D., 1993

Lauréats précédents du prix Bernard and Francine Dorval de la Société canadienne du cancer :

Benjamin Haibe-Kains, Ph. D., 2019
Paul Boutros, Ph. D., 2018
Daniel De Carvalho, Ph. D., 2017 colauréate
Mathieu Lupien, Ph. D., 2017 colauréate
Dr  Uri Tabori, 2016
Russell Jones, Ph. D., 2014
Dr Andrew Weng, Ph. D., 2013
Dr Torsten Nielsen, Ph. D., 2012 colauréate
Dr Aaron Schimmer, Ph. D., 2012 colauréate
Andrew Craig, Ph. D., 2011
Daniel Durocher, Ph. D., 2010 colauréate
Michael Ohh, Ph. D., 2010 colauréate
Dr Michael Taylor, Ph. D., 2009