Vue d’ensemble des statistiques sur le cancer

Les statistiques sur le cancer nous renseignent sur le nombre de Canadiens qui, chaque année, reçoivent un diagnostic de cancer et en meurent. Elles nous révèlent les tendances pour les nouveaux cas de cancer et les décès par cancer. Les statistiques sur le cancer nous indiquent également quels sont la probabilité de survivre à un diagnostic de cancer et le pourcentage de personnes encore en vie des années après avoir reçu un diagnostic de cancer.
Les provinces et territoires canadiens recueillent des données sur les cas de cancer et les décès par cancer. On associe ces données pour obtenir un portrait de la façon dont le cancer affecte tout le Canada.

Les statistiques sont une constituante importante de la planification des soins de santé et de la mesure du succès de la lutte contre le cancer.

 

Incidence et mortalité

L’incidence correspond au nombre de nouveaux cas de cancer. La mortalité correspond au nombre de décès causés par le cancer. Les chercheurs ont recours aux données les plus à jour qui soient disponibles et à des méthodes statistiques pour estimer le nombre de nouveaux cas de cancer et de décès pour l’année en cours.

Les chercheurs ont estimé qu’il y aurait 225 800 nouveaux cas de cancer et 83 300 décès causés par cette maladie au Canada en 2020. (Le nombre de nouveaux cas estimés ne comprend pas les cas de cancer de la peau autre que le mélanome.)

Le cancer est la principale cause de décès au Canada et il est responsable de 30 % de tous les décès.

 

On a estimé qu’en 2020 :

  • 115 800 hommes au Canada recevraient un diagnostic de cancer et que 44 100 en mourraient;
  • 110 000 femmes au Canada recevraient un diagnostic de cancer et que 39 300 en mourraient;
  • en moyenne, chaque jour, 617 Canadiens recevraient un diagnostic de cancer;
  • en moyenne, chaque jour, 228 Canadiens mourraient d’un cancer.
  • Les cancers du poumon, du sein et de la prostate ainsi que le cancer colorectal sont les types de cancer les plus fréquemment diagnostiqués au Canada (à l’exclusion du cancer de la peau autre que le mélanome). 
 
  • Ces 4 cancers représentent environ la moitié (48 %) de tous les nouveaux cas de cancer.
  • Le cancer de la prostate représente le cinquième (20 %) de tous les nouveaux cas de cancer chez l’homme.
  • Le cancer du poumon représente 14 % de tous les nouveaux cas de cancer.
  • Le cancer du sein représente le quart (25 %) de tous les nouveaux cas de cancer chez la femme.
  • Le cancer colorectal représente 12 % de tous les nouveaux cas de cancer.
 

Tendances des taux de cancer

Le cancer est une maladie qui affecte surtout les Canadiens âgés de 50 ans et plus, mais il peut apparaître à tout âge. Dans tout le Canada, les taux d’incidence du cancer varient en raison des différences entre les risques (dont les comportements et les expositions) et les pratiques de détection précoce. De même, les taux de mortalité par cancer varient à cause des différences d’incidence. Les taux de mortalité peuvent aussi varier en raison des différences dans la disponibilité et les résultats des activités de lutte contre le cancer (dépistage, diagnostic, traitement et suivi par exemple) d’un bout à l’autre du pays.

Risque (probabilité) d’être atteint ou de mourir d’un cancer

  • On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 (45 % d’hommes et 43 % de femmes) sera atteint de cancer au cours de sa vie.
  • On prévoit qu’environ 1 Canadien sur 4 (26 % d’hommes et 23 % de femmes) mourra du cancer.
 

Survie

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. La méthode employée ici est la survie nette qui est une estimation du pourcentage de personnes qui vivent encore à un moment donné après avoir reçu leur diagnostic de cancer, en prenant en considération d’autres causes possibles de décès. La plupart des statistiques de survie font référence à une période spécifique, habituellement 5 ans.

Selon des données de 2012 à 2014, on s’attend à ce que 63 % des Canadiens atteints de cancer vivent 5 ans ou plus après avoir reçu leur diagnostic. C’est une hausse comparativement au début des années 90, alors que le pourcentage était de 55 %. Dans les années 40, la survie était d’environ 25 %.

Les taux de survie varient de faible à élevé en fonction du type de cancer. Selon des données de 2012 à 2014 :
• le taux de survie nette après 5 ans pour le cancer du poumon est faible (19 %);
• le taux de survie nette après 5 ans pour le cancer colorectal est à peu près moyen (65 %);
• le taux de survie nette après 5 ans pour le cancer de la prostate est élevé (93 %) tout comme celui du cancer du sein (88 %).