Le cancer et la COVID19 (nouveau coronavirus)

Qu’est-ce que la COVID-19?

La COVID-19 est une maladie causée par un nouveau coronavirus qui a été découvert en décembre 2019. Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré que la COVID-19 était une pandémie. La COVID-19 continue de représenter une grave menace pour la santé en 2021.

Les coronavirus humains forment une grande famille de virus. Ils sont courants et causent souvent de légers malaises, semblables à ceux du rhume. Mais ils peuvent aussi provoquer des maladies plus graves.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur l’éclosion de la COVID-19 au Canada, consultez canada.ca/coronavirus.

Quel est le risque pour les Canadiens d’attraper la COVID-19?

Le risque d’attraper la COVID-19 varie d’un bout à l’autre du Canada, mais l’Agence de la santé publique du Canada considère que le risque global pour les Canadiens est élevé. Cela ne signifie pas que l’ensemble des Canadiens contracteront la maladie. Cela signifie plutôt que la COVID-19 a déjà un impact majeur sur notre système de soins de santé. Si nous ne ralentissons pas la propagation de la maladie (ce qu’on appelle parfois aplatissement de la courbe épidémique), l’augmentation des cas de COVID-19 continuera de limiter les ressources de soins de santé disponibles pour les Canadiens.

L’Agence de la santé publique du Canada a également indiqué qu’il existe un risque accru de conséquences plus graves pour les Canadiens :

  • qui sont des adultes plus âgés (en particulier ceux qui ont plus de 60 ans);
  • de tous âges qui ont des affections médicales chroniques sous-jacentes;
  • de tous âges qui ont un système immunitaire affaibli (immunodéficient);
  • qui sont atteints d’obésité (IMC de 40 ou plus).

Il existe des risques accrus pour la santé des voyageurs canadiens à l'étranger. En raison de ces risques, le gouvernement du Canada vous conseille d’éviter les voyages non essentiels à l'extérieur du Canada jusqu'à nouvel ordre, y compris sur les navires de croisière. Tous les voyageurs doivent fournir la preuve d’un résultat négatif au test moléculaire de dépistage de la COVID-19 à la compagnie aérienne avant de prendre un vol international à destination du Canada, s’isoler pendant 14 jours à leur retour d'un voyage à l'extérieur du Canada et surveiller l’apparition de toute fièvre, toux ou difficulté respiratoire. Consultez les derniers conseils de santé aux voyageurs avant tout voyage essential.

Le risque de contracter la COVID-19 peut être plus élevé dans certains environnements comme les lieux achalandés (par exemple les transports en commun et les centres commerciaux) de même que les rassemblements (par exemple les lieux de spiritualité et de culture, cinémas et salles de spectacle, stades, festivals et conférences).

Assurez-vous de prendre les mesures décrites ci-dessous afin de vous protéger, vous ainsi que les personnes qui vous entourent.

Les personnes atteintes de cancer risquent-elles plus d’attraper la COVID-19?

Si vous êtes atteint de cancer et que vous attrapez la COVID-19, vous risquez davantage d’avoir des complications plus graves. On considère que le cancer est une affection médicale sous-jacente. Et certains traitements du cancer, comme la chirurgie, la chimiothérapie, l’immunothérapie et la radiothérapie, peuvent affaiblir votre système immunitaire, faisant ainsi qu’il vous sera plus difficile de combattre les infections.

Si vous êtes préoccupé par votre risque d’attraper la COVID-19 parce que vous recevez actuellement ou avez déjà reçu un traitement du cancer, parlez-en avec votre médecin ou avec les membres de votre équipe soignante. Ils représentent la meilleure source d’information qui soit si vous vous posez des questions sur votre risque en fonction de votre lieu de résidence au Canada ou de vos antécédents médicaux. Ils vous tiendront également informé de tout changement possible à vos traitements du cancer au cours de l’éclosion de la COVID-19.

Les personnes qui fument risquent-elles plus d’attraper la COVID-19?

Si vous fumez et que vous attrapez la COVID-19, vous risquez peut-être davantage d’avoir des complications plus graves. Fumer du tabac peut entraîner des troubles respiratoires qui affaiblissent les poumons et qui constituent une affection médicale sous-jacente. Cela peut aussi affaiblir votre système immunitaire, faisant ainsi qu’il vous sera plus difficile de combattre les infections.

Cesser de fumer est une démarche personnelle; la façon de faire n’est jamais exactement la même d’une personne à l’autre. La Société canadienne du cancer (SCC) peut vous aider de différentes manières dans votre cheminement, notamment par un programme et une communauté d’aide à l’abandon du tabac accessibles en ligne, un soutien téléphonique en direct et un soutien par messagerie texte offert dans certaines provinces et certains territoires. Pour entreprendre votre parcours vers une vie sans fumée, visitez teleassistancepourfumeurs.ca ou composez le 1 866 JARRETE (1 866 527-7383) afin de parler directement à un accompagnateur en abandon du tabac.

Les personnes qui vapotent ou qui utilisent des cigarettes électroniques risquent-elles plus d’attraper la COVID-19?

Si vous vapotez ou utilisez des cigarettes électroniques et que vous attrapez la COVID-19, vous risquez peut-être davantage d’avoir des complications plus graves. Le vapotage ou l’utilisation des cigarettes électroniques peut endommager vos poumons et affaiblir la capacité de votre système immunitaire à combattre les infections respiratoires comme la COVID-19.

Comment la COVID-19 se propage-t-elle?

Le virus qui cause la COVID-19 se propage le plus souvent d’une personne infectée :

  • par les gouttelettes respiratoires évacuées de son nez ou de sa bouche quand elle tousse ou éternue;
  • par les aérosols créés lorsque la personne tousse, éternue, chante, crie ou parle;
  • par contact personnel étroit, comme une accolade ou une poignée de main;
  • par contact avec une chose sur laquelle des gouttelettes respiratoires se sont déposées, suivi du contact de la main avec vos yeux, votre nez ou votre bouche avant de vous laver les mains.

La COVID-19 est une nouvelle maladie et nous continuons d’en apprendre sur ses autres modes de propagation. Des études récentes indiquent qu’une personne infectée qui ne présente pas de symptômes pourrait transmettre le virus. Cela comprend les personnes qui sont infectées mais qui ne présentent pas encore de symptômes (présymptomatiques) de même que celles qui sont infectées et qui ne présenteront jamais de symptômes (asymptomatiques).

Comment puis-je me protéger et protéger les autres de la COVID-19?

Chaque personne devra suivre à la lettre les mesures suivantes pour se protéger.

  • Lavez-vous souvent les mains avec du savon et de l’eau pendant au moins 20 secondes.
  • Si vous n’avez pas accès à de l’eau et à du savon, utilisez un désinfectant pour les mains contenant au moins 60 % d’alcool désinfectant pour les mains sans alcool approuvé par Santé Canada.
  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche, surtout si vous n’avez pas lavé vos mains.
  • Toussez et éternuez dans votre coude, pas dans vos mains.
  • Évitez tout contact étroit avec les personnes malades.
  • Utilisez des produits d’entretien ménager pour désinfecter les objets et les surfaces que vous touchez fréquemment comme les toilettes, les tables de chevet, les interrupteurs, les poignées de porte, les comptoirs, les téléphones, les télécommandes et les jouets.
  • Restez à la maison si vous vous sentez malade afin d’éviter de transmettre des germes à d’autres personnes.
  • Appliquez les pratiques de distanciation physique, même si vous vous sentez bien.
  • Portez un masque non médical ou un couvre-visage.

Comment un masque peut-il me protéger?

Le port d’un masque ou d’un couvre-visage non médical fait maison peut aider à réduire la propagation de vos gouttelettes respiratoires à d’autres personnes. Mais il ne remplace pas le lavage fréquent des mains ni la distanciation physique. L’Agence de la santé publique du Canada recommande le port du masque à titre de mesure de protection supplémentaire lorsque la distanciation physique n’est pas possible, par exemple lorsque vous faites vos achats à l’épicerie ou que vous utilisez les transports en commun. Les masques non médicaux faits maison ou achetés devraient comporter au moins 3 couches.

Les masques médicaux, dont les masques chirurgicaux, les masques d'intervention et les respirateurs (comme les masques N95), doivent être réservés aux travailleurs de la santé et aux autres personnes fournissant des soins directs aux personnes infectées par la COVID-19.

Comment fait-on pour mettre en pratique la distanciation physique?

Les maladies respiratoires comme la COVID-19 se propagent rapidement dans les lieux achalandés. La distanciation sociale est une façon de réduire la propagation de la COVID-19 dans la communauté. On utilise aussi parfois le terme « distanciation sociale ». Mais il est plus exact de parler de distanciation physique, car s’il est nécessaire de nous tenir à une certaine distance physique des autres personnes, il est également important de maintenir nos liens sociaux.

La distanciation physique consiste à éviter les contacts étroits avec d’autres personnes durant la période de pointe d’une éclosion. En plus de rester à la maison le plus possible et d’éviter les foules et les rassemblements, vous devriez mettre en pratique la distanciation physique afin de réduire la transmission de l’infection si vous devez sortir de chez vous. Les membres du ménage (les personnes avec lesquelles vous vivez) n’ont pas besoin de s’éloigner les uns des autres, sauf s’ils sont malades ou ont voyagé au cours des 14 derniers jours.

Gardez une distance d'au moins 2 longueurs de bras (idéalement 2 mètres, soit un peu plus de 6 pieds) entre vous et les autres. Lorsque vous dites bonjour ou au revoir à quelqu’un, saluez la personne d’un geste amical au lieu de lui serrer la main, de l’embrasser ou de lui faire une accolade.

Limitez les contacts avec les personnes présentant un risque plus élevé comme les aînés et les personnes en mauvaise santé. Les consignes de distanciation physique ne vous empêchent pas de sortir pour faire de l'exercice; demeurez simplement près de votre domicile. Si vous sortez de chez vous pour une promenade, ne vous rassemblez pas à plusieurs et maintenez toujours une distance d'au moins 2 longueurs de bras entre vous et les autres. Assurez-vous également de vous laver les mains avant de quitter la maison et à votre retour.

Il est normal de se sentir anxieux, triste ou inquiet pendant la pandémie de COVID-19. Chacun gère ses émotions à sa manière. Nous suggérons quelques stratégies que nous suggérons pour vous aider à faire face à vos émotions dans le contexte actuel.

Quelles précautions additionnelles dois-je prendre si j’ai un cancer?

Même si les personnes atteintes de cancer, leurs familles ou leurs aidants n’ont pas de précautions particulières à prendre, les mesures suivantes peuvent être utiles.

  • Achetez ce dont vous auriez besoin si vous deviez rester à la maison pendant quelques semaines, comme des denrées alimentaires, de la nourriture pour animaux et des produits de nettoyage.
  • Discutez avec votre médecin ou votre équipe soignante des moyens de vous protéger. Assurez-vous d’avoir suffisamment de médicaments d'ordonnance et de fournitures médicales, ou ayez un plan pour vous les procurer.
  • Organisez-vous pour rester en contact avec les autres par téléphone, courriel ou vidéoclavardage.
  • Prenez soin de votre corps. Essayez de manger sainement, d’être actif et de dormir amplement.
  • Demandez à un membre de la famille, à un voisin ou à un ami de s’occuper de vos courses essentielles (par exemple aller faire l’épicerie).
  • Services offrant la livraison de nourriture ou de médicaments à domicile.
  • Surveillez votre état de santé pour détecter l'apparition de symptômes.

Que fait la SCC face à la COVID-19?

Notre but est de vous aider. Nos programmes jouent un rôle important pour aider les gens à vivre avec le cancer au quotidien, à tisser des liens avec les autres ainsi qu’à leur assurer une qualité de vie et un bien-être dans le confort de leur foyer. Parallèlement, nous surveillons de près les plus récentes recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada afin d’y réagir.

Nous continuons de fournir aux personnes atteintes de cancer et à leurs aidants des programmes qui peuvent vous être utiles si vous limitez vos déplacements, que vous devenez anxieux ou que vous vous sentez isolé.

  • Notre Ligne d’aide et d’information sur le cancer est un service national bilingue et gratuit à l’intention des personnes atteintes de cancer, de leurs aidants, de leurs parents et amis, du grand public et des professionnels de la santé. Écrivez-nous ou appelez-nous au 1 888 939-3333 (ATS : 1 866 786-3934).

  • ParlonsCancer.ca est notre communauté en ligne, où les personnes atteintes d’un cancer et leurs proches peuvent partager leurs expériences et créer un réseau de soutien.

  • Dans le cadre de nos conférences virtuelles pour les personnes atteintes de cancer et leurs aidants, des experts traitent de certains enjeux liés à la COVID-19 qui ont un impact pour les personnes touchées par le cancer et leurs aidants.
  • Nous avons également une autre série de webinaires au sujet du cancer et la covid-19 (les vidéos ici sont en anglais).

Quels sont les symptômes de la COVID-19?

Les symptômes de la COVID-19 comprennent ceux-ci :

  • température égale ou supérieure à 38 °C
  • apparition ou aggravation de toux
  • difficultés respiratoires ou essoufflement
  • sensation de fièvre
  • frissons
  • fatigue ou faiblesse
  • douleurs musculaires ou courbatures
  • perte de l’odorat ou du gout
  • mal de tête
  • douleur abdominale, diarrhée, vomissements
  • malaises intenses

Les symptômes peuvent être très légers ou plus graves. Ils peuvent prendre jusqu’à 14 jours pour apparaître après l’exposition à la COVID-19.

Certaines personnes infectées par la COVID-19 ne présentent aucun symptôme.

Que dois-je faire si je présente des symptômes de la COVID-19?

Si vous pensez que vous êtes peut-être atteint de la COVID-19, vous pouvez utiliser l'outil d’auto-évaluation de l’Agence de la santé publique du Canada afin de savoir quoi faire.

Si vous commencez à ressentir des symptômes de la COVID-19, comme une fièvre, une toux ou des difficultés respiratoires :

  • restez à la maison afin de vous isoler des autres et essayez de demeurer dans une pièce à part si vous habitez avec d’autres personnes;
  • appelez immédiatement votre médecin ou l’autorité de santé publique de votre province ou territoire;
  • suivez toute directive reçue de professionnels de la santé;
  • composez le 911 si vous avez besoin de soins médicaux immédiats.

Si vous recevez actuellement un traitement du cancer et qu’une fièvre, une toux ou des difficultés respiratoires apparaissent, appelez votre équipe soignante. On vous dira à quel moment vous devriez vous rendre au bureau ou à l’hôpital, et dans quel cas il est plus sûr de rester à la maison. Suivez les conseils qui vous seront donnés.

Puis-je recevoir le vaccin contre la COVID-19?

Les vaccins agissent en stimulant le système immunitaire de sorte qu’il produise des anticorps pour combattre une maladie. Si votre système immunitaire est affaibli en raison de votre type de cancer ou de votre traitement du cancer, voyez avec les membres de votre équipe de soins si vous devriez recevoir le vaccin contre la COVID-19. Ils seront en mesure de déterminer si les avantages sont supérieurs aux risques pour vous. Actuellement, le vaccin contre la COVID-19 peut être offert aux personnes immunodéprimées appartenant à un groupe d’âge autorisé. Il est toutefois possible que le vaccin ne puisse pas stimuler votre système immunitaire suffisamment pour vous protéger de la COVID-19.

Devrais-je recevoir le vaccin contre la grippe?

Les personnes atteintes de cancer courent un risque accru d’attraper la grippe, d’où l’importance de recevoir le vaccin antigrippal (vaccin contre l’influenza). Les consignes de santé publique qui vous protègent de la COVID-19, comme laver vos mains, mettre en pratique la distanciation physique et porter un masque, vous aident aussi à prévenir la grippe.

Il existe différents types de vaccin contre la grippe. Le vaccin antigrippal inactivé est administré sous forme d’injection. Le vaccin antigrippal vivant est administré sous forme de vaporisateur nasal. Une personne atteinte de cancer ne devrait pas recevoir le vaccin antigrippal vivant.

Discutez avec votre médecin ou votre équipe de soins avant de recevoir le vaccin antigrippal. Il existe des lignes directrices générales pour les personnes qui sont atteintes de cancer et celles qui suivent des traitements contre le cancer.

  • Le vaccin inactivé est habituellement sûr pour les personnes atteintes de cancer.
  • Les personnes atteintes de cancer ne devraient pas recevoir le vaccin vivant pendant leur traitement et jusqu’à 6 mois après la fin de celui-ci.
  • Les personnes qui suivent une chimiothérapie devraient recevoir le vaccin antigrippal 2 semaines avant le début du traitement ou entre 2 cycles.
  • Les personnes qui suivent un traitement ciblé ou une radiothérapie peuvent recevoir le vaccin antigrippal.
  • Les personnes qui suivent une immunothérapie, par exemple au moyen d’inhibiteurs du point de contrôle, devraient voir avec leur médecin si le vaccin antigrippal est indiqué pour elles et si oui, à quel moment le recevoir.
  • Les membres de la famille, les proches aidants et les personnes qui habitent sous le même toit devraient recevoir le vaccin antigrippal.

Le vaccin antigrippal est gratuit et offert par les médecins de famille, les cliniques de santé publique et les pharmacies participantes.

Publié : 11 mars, 2020

Mis à jour : 2 février, 2021