Mode de vie sain

Pourquoi c’est important 

En plus de vivre sans fumée, avoir un poids santé est l’un des meilleurs moyens que l’on puisse prendre pour réduire le risque d’être atteint de cancer. On peut prévenir environ un cas de cancer sur cinq en mangeant bien, en étant actif et en maintenant un poids santé. 

Adoption d’une approche globale 

Les raisons à l’origine d’habitudes de vie malsaines et les causes de l’obésité sont complexes, faisant intervenir des facteurs sociaux, économiques, physiologiques, environnementaux et politiques. La réalité, c’est qu’aucune option politique seule ne va changer les comportements ni contrer l’incidence croissante d’embonpoint et d’obésité au Canada. Il faudra des politiques, de l’éducation, des programmes, du soutien et de la recherche de tous les ordres de gouvernement, de l’industrie et du public. Le changement est nécessaire dans la communauté, à l’école, au travail et à la maison pendant une période continue et à tous les stades de la vie. 

Des mesures de tous les ordres du gouvernement et de tous les secteurs sont requises afin que les aliments sains et l’activité physique deviennent des choix plus faciles pour les Canadiens. 

Notre position 

La Société canadienne du cancer (SCC) entend soutenir les politiques publiques et les programmes qui facilitent le maintien d’un poids santé, l’adoption d’un régime alimentaire sain et la pratique d’activités physiques. Il faut une approche globale pour créer des environnements propices à la prise de décisions saines. 

Nous voulons insister sur le rôle des gouvernements dans l’élaboration de politiques qui encouragent des choix santé. Le gouvernement fédéral en particulier peut faire preuve d’un solide leadership en mettant en place des politiques et des programmes qui auront un impact important sur la santé de la population. Nous reconnaissons aussi que les gouvernements ne peuvent agir seuls. Il faut une action coordonnée à tous les ordres de gouvernements et dans plusieurs secteurs différents.

Amélioration des étiquettes sur la valeur nutritive 

La SCC demande à Santé Canada d’adopter l’étiquetage nutritionnel sur le devant de l’emballage des aliments. 

Un système d’évaluation simple est nécessaire pour pallier le manque d’éducation et un système standardisé permettrait de comparer plus facilement l’information sur la valeur nutritive des produits alimentaires d’une même catégorie ou de catégories différentes. Santé Canada doit travailler en collaboration avec des chercheurs canadiens pour comprendre l’efficacité de divers systèmes d’étiquetage sur le devant de l’emballage dans le contexte canadien et effectuer des essais auprès d’utilisateurs pour déterminer, chez un vaste éventail de Canadiens, si les systèmes d’étiquetage proposés sur le devant de l’emballage sont bien compris. Un système visuel sur le devant de l’emballage est une occasion d’amener chercheurs et décideurs à unir leurs efforts pour trouver le meilleur moyen de guider les Canadiens sur le choix d’aliments à acheter et la quantité à consommer. 

Il est important d’avoir des étiquettes sur la valeur nutritive qui sont claires, informatives et faciles à comprendre. L’étiquetage nutritionnel sur le devant de l’emballage de même que l’éducation continue feront en sorte que plus de Canadiens connaîtront la valeur nutritive de leurs aliments et prendront des décisions éclairées pour leur santé. 

 

Limiter la publicité destinée aux enfants 

La SCC prône la protection des enfants et le soutien des parents afin que ceux-ci prennent des décisions saines pour leur famille grâce aux restrictions des publicités destinées aux enfants. 

Il est temps de protéger les enfants et d’aider les parents à prendre des décisions saines pour leur famille. La Société canadienne du cancer est fière d’être un partenaire financier de la Coalition Arrêtons la pub destinée aux enfants et de compter parmi plus de 100 organismes qui approuvent les Principes d’Ottawa. Ces principes visent à limiter la publicité commerciale de tous les aliments et de toutes les boissons auprès des enfants et des jeunes de 16 ans et moins, sauf la publicité non commerciale conçue aux fins de sensibilisation du public. Ils comprennent aussi un ensemble de définitions, le champ d’action et des principes pour orienter l’élaboration des politiques. 

La recherche a montré que la publicité d’aliments et de boissons a une incidence sur : 

  • ce que mangent les enfants;
  • leurs préférences alimentaires et leurs convictions en la matière;
  • les aliments qu’ils demandent à leurs parents d’acheter;
  • la hausse du taux d’obésité chez les enfants;
  • l’augmentation des facteurs de risque de maladies chroniques comme le diabète, les maladies du cœur, l’AVC et le cancer.

Dans une perspective de risque de cancer, la situation est inquiétante, car des enfants obèses qui restent obèses une fois adultes présentent un risque accru d’être atteints d’au moins onze différents types de cancer. 

Chaque année, les entreprises du secteur alimentaire bombardent les enfants avec des millions de messages irrésistibles qui ont un effet néfaste sur la santé, et nous vivons tous avec les résultats malsains. L’heure est venue de contre-attaquer. Agissez. Dites aux entreprises du secteur alimentaire que vos enfants ne sont pas une source de profits. 

Joignez-vous à nous pour dire au gouvernement de limiter la publicité commerciale d’aliments et de boissons destinée aux enfants et aux jeunes. Exprimez-vous sur Twitter et lancez une conversation avec le mot-clic #PubDestineeAuxEnfants.