Action contre la COVID-19

La situation


Nous traversons une période sans précédent dans notre histoire. La pandémie de COVID-19 a de profondes répercussions sur la population canadienne et mondiale. Au début de la pandémie, il a fallu s’adapter rapidement à l’impact de la COVID-19, et les gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que les responsables de la santé publique ont dû prendre des décisions très difficiles pour veiller à ce que le système de santé soit en mesure de prendre en charge les personnes atteintes du virus. Pendant ce temps, des personnes atteintes de cancer dont l’intervention chirurgicale a été reportée, le plan de traitement modifié et les tests retardés nous ont dit qu’elles avaient peur de devenir des victimes collatérales de la COVID-19.

Le cancer ne ralentit pas

Malgré la pandémie mondiale actuelle, le cancer continue d’être une maladie qui change la vie des gens et qui constitue une menace pour leur vie. Les personnes atteintes comptent parmi les plus vulnérables dans nos communautés en ce moment, et elles risquent plus de souffrir de conséquences graves de la COVID-19. Bien qu’elles soient nécessaires, les quarantaines et les mesures d’éloignement physique privent les personnes atteintes de cancer de leur réseau de soutien familial, ce qui augmente encore plus le stress et l’anxiété qui accompagnent un diagnostic de cancer et le traitement de la maladie. Cette situation est particulièrement préoccupante pour les aînés, chez qui les taux de cancer sont plus élevés.

Les impacts à long terme

L’impact immédiat de la COVID-19 sur les personnes touchées par le cancer est facile à comprendre, mais les effets à long terme seront tout aussi dévastateurs. Il y aura un important retard à rattraper dans les traitements du cancer, en espérant que la maladie ne se soit pas propagée chez les patients qui n’ont pas été traités.

Les besoins des Canadiens atteints de cancer doivent demeurer un enjeu important, malgré les répercussions de la COVID-19 sur le système de santé. Le cancer est une maladie menaçant la vie qui touche ou a touché plus d’un million de personnes au pays. L’annulation continuelle des rendez-vous et de services de diagnostic et de traitement du cancer aura des effets catastrophiques sur le système de santé et le bien-être des Canadiens.

Vos préoccupations, notre mission

En tant que porte-parole des femmes et des hommes qui ont le cancer à cœur, la Société canadienne du cancer est déterminée à faire valoir les préoccupations des personnes touchées par le cancer à tous les ordres de gouvernement pour veiller à ce que les besoins de ces dernières soient pris en compte dans le cadre de la réponse à la COVID-19 à moyen et à long termes.

Recommandations à l’intention des gouvernements visant à assurer que les intérêts des personnes atteintes de cancer soient pris en compte dans les décisions liées à la COVID-19 

L’impact immédiat de la COVID-19 sur les personnes atteintes de cancer est facile à comprendre, mais ses effets à long terme seront tout aussi dévastateurs. Pour les atténuer, il faut agir sans attendre. La Société canadienne du cancer exhorte les gouvernements et les organismes du secteur de la santé à appliquer les principes directeurs suivants dans leur processus décisionnel en matière de santé : 
La sécurité des personnes atteintes de cancer, des proches aidants, des fournisseurs de soins de santé et du personnel de la santé doit être une priorité.
Les gouvernements et les organismes du secteur de la santé doivent tenir compte des points de vue du public, des personnes atteintes de cancer et de leurs proches aidants dans leur action contre la COVID-19.
Les Canadiens doivent avoir un accès équitable à des tests de dépistage et à des services de diagnostic et de traitement du cancer, peu importe la région où ils vivent.
La pandémie n’a fait qu’exacerber les inégalités en matière de soins contre le cancer. Les plans permettant la reprise des activités de dépistage, de diagnostic et de traitement du cancer doivent répondre aux besoins uniques des communautés vulnérables et mal desservies, qui sont touchées par le cancer de manière disproportionnée. Ces plans devraient également assurer un accès et une participation équitables aux services.
Dans le contexte de la COVID-19, le suivi des données et la recherche doivent être orientés sur les répercussions que les directives de santé publique et l’adaptation des systèmes de santé à la pandémie auront sur les personnes touchées par le cancer avec le temps.
Les directives de santé publique et les stratégies d’adaptation à la COVID-19 ont exacerbé des comportements qui augmentent le risque de cancer. Les gouvernements doivent faire en sorte que les politiques et les programmes de prévention des maladies chroniques ne soient pas différés en raison des mesures immédiates qui ont été prises face à la pandémie.
Les gouvernements, les associations professionnelles et les organismes du secteur de la santé doivent sensibiliser les Canadiens au fait que les établissements de santé sont sûrs et qu’ils ne doivent pas retarder leur participation aux activités régulières de dépistage ainsi que leurs rendez-vous médicaux pour discuter des changements de leur état de santé.
Les programmes organisés de dépistage du cancer du sein, du cancer du col de l’utérus et du cancer colorectal doivent reprendre à plein rendement le plus tôt possible. Tous les efforts doivent être déployés pour éviter qu’ils soient interrompus de nouveau.
Il faut absolument offrir un accès rapide aux examens diagnostiques appropriés aux personnes dont on croit qu’elles pourraient avoir le cancer.
Des solutions innovatrices doivent être mises en place pour rattraper les retards des systèmes de santé et réduire les délais d’attente, en particulier pour les interventions chirurgicales et les tests de dépistage reportés.
Tous les Canadiens doivent avoir un accès équitable et abordable aux médicaments anticancéreux dont ils ont besoin, peu importe où ils vivent et dans quel cadre ces médicaments sont administrés. Pour ce faire, les médicaments anticancéreux pris à domicile doivent être couverts partout au pays et les pénuries de médicaments doivent être enrayées.
Les modèles de soins doivent comporter du soutien psychosocial pour les personnes atteintes de cancer, les survivants et leurs proches aidants.
Toutes les personnes atteintes de cancer doivent avoir accès à des soins palliatifs et de fin de vie de haute qualité centrés sur l’individu, peu importe leur âge ou leur lieu de résidence.
Les proches aidants jouent un rôle indispensable dans l’équipe de soins. Des politiques doivent être mises en œuvre pour faciliter la participation des personnes atteintes de cancer et de leurs proches aidants au processus de soins.
Les systèmes de santé doivent offrir et garantir un accès équitable aux services de transport et d’hébergement qui permettent aux personnes atteintes de cancer de se rendre à leurs rendez-vous liés à la maladie.
Les systèmes de santé doivent continuer à évaluer leur prestation de soins virtuels et en comprendre les avantages, les risques et la mise en œuvre optimale dans le but d’assurer les meilleurs résultats possible aux personnes atteintes de cancer.
Il faut prendre en considération le moment où les vaccins seront administrés aux personnes atteintes de cancer. Les fournisseurs de soins de santé devraient être en mesure de déterminer quel sera le meilleur moment pour l’administration de la deuxième dose en tenant compte des conditions particulières de leurs patients.
Les personnes atteintes de cancer devraient être considérées comme prioritaires afin de recevoir la deuxième de vaccin contre la COVID-19 avant la population en général.