Portrait

Courir 1000 kilomètres pour la recherche sur le cancer tout en célébrant une deuxième chance à la vie

Patrice Dominique, 58 ans, se considère chanceux d’avoir survécu au cancer. Plusieurs êtres chers, dont des membres de sa famille, de sa communauté et des ami.es n’ont pas eu cette chance. « Cette deuxième chance à la vie», comme il le dit si bien, le motive désormais dans tout ce qu’il entreprend. 

Grand sportif depuis sa plus tendre enfance, Patrice s’est lancé un défi de taille; celui de courir plus de 1000 kilomètres pour amasser des fonds pour la Société canadienne du cancer et sensibiliser les jeunes à l’importance d’adopter de saines habitudes de vie.  

Découvrez comment l’expérience de cancer de cet humble Ilnu originaire de Mashteuiatsh à proximité de Roberval au Québec l’a amené à enfiler ses chaussures de course pour changer l’avenir du cancer. 

Une étrange fatigue

En 2014, Patrice, alors âgé de 52 ans, a remarqué qu’une grande fatigue s’emparait de lui au moindre effort physique. Après avoir vaqué à ses occupations quotidiennes et s’être adonné à son passe-temps favori, la course, il se retrouvait sans énergie, ce qui était très anormal pour lui.  

Patrice a donc décidé de se rendre à l’hôpital afin de comprendre ce dont il en retournait. Une série de tests ont révélé qu’il était atteint d’un cancer du rectum.  

Bien qu’entendre les mots « vous avez un cancer » est une expérience difficile, Patrice se rappelle très bien que ces mots ne l’ont pas affecté autant que son entourage.  

« Mon père, deux de mes sœurs et ma mère ont vécu une expérience de cancer. Ayant passé par là, ils ont trouvé ça difficile d’apprendre la nouvelle. Mais moi, je n’ai pas allumé. J’ai vu cela comme quelque chose de nouveau dans ma vie, une chose que j’allais devoir faire face. Je savais que je ne me laisserais pas faire.» 

Un homme vêtu d'un uniforme de course à l’extérieur.
Patrice Dominique a créé le Défi Uitshauiu uitshitun (Courir pour s'entraider) afin d'amasser des fonds pour la recherche sur le cancer et sensibiliser les jeunes à l'importance d'adopter de saines habitudes de vie.

Courir pour s’évader

Quelques mois après avoir reçu son diagnostic de cancer, Patrice a débuté ses traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Habitué de courir régulièrement et sur de longues distances, Patrice savait qu'il ne voulait pas abandonner son sport préféré, même pendant ses traitements. C'était une expérience différente et plus difficile par moments, mais rester actif l'a aidé à mieux faire face à ce qu’il vivait. 

« Je me suis dit que si je continuais de courir, ça allait m’aider à passer au travers. C’était plus difficile, bien sûr, mais ça m’a aidé à rester positif. » 

En décembre 2014, Patrice a subi une chirurgie qui a été plus difficile que prévu. Fort heureusement, les médecins ont été capables d’enlever toutes les cellules cancéreuses et ont confirmé qu’il n’avait pas de métastases.

Une idée « folle » germe

En juin 2015, alors qu’il se remet tout juste de ses traitements contre le cancer et de son opération, Patrice décide de se lancer un défi, celui de parcourir à la course les 345 kilomètres qui sépare Mistissini, une communauté Cris au Nord du Québec, de Mashteuiatsh, à proximité de Roberval au Québec, et d’amasser 1000 $ pour la Société canadienne du cancer. 

Ce défi, Patrice, l’a réussi avec brio puisqu’en plus d’avoir parcouru les 345 kilomètres, il a dépassé son objectif de collecte de fonds! 

Après cet accomplissement, Patrice a eu l’idée de se lancer un autre défi, cette fois, encore plus ambitieux, celui de parcourir les 1000 kilomètres et quelques qui séparent la communauté de son très bon ami Bruno, Uashat Mak Mani-utenam, à proximité de la ville de Sept-Îles au Québec, et Mistissini, sa communauté d'adoption, dans le Nord du Québec. « Bruno trouvait que c’était une bonne idée, mais folle! », se remémore Patrice.  

Initialement prévu en 2020, le Défi Uitshauiu uitshitun (Courir pour s'entraider) a dû être reporté à l’été 2021 en raison de la pandémie de la COVID-19.  

Patrice dominique courant à l'extérieur
Patrice Dominique court depuis sa plus tendre enfance. La course l'a aidé à passer à travers ses traitements contre le cancer et à rester positif.

Plus motivé que jamais

Mais cette année, Patrice a réalisé qu’il lui fallait coûte que coûte démarrer son défi le 21 juin 2021, Journée nationale des peuples autochtones. L’ami proche avec qui il avait eu l’idée de se lancer ce nouveau défi, Bruno, était également celui qui allait le ravitailler tout au long de sa course. Mais en mars 2021, Bruno, a appris qu’il n’allait pas pouvoir suivre Patrice puisqu’il a reçu un diagnostic de cancer. Fin mai 2021, Bruno est décédé des suites du cancer. 

«  Ça été très très rapide. Jusqu’au dernier moment, il disait à sa conjointe, on va suivre Patrice même si je suis malade.  Là, il va me suivre encore plus près, mais différemment. Disons que beaucoup de gens que j’ai côtoyés sont partis. C’est ça qui me pousse encore plus, qui me motive à affronter ce gros challenge-là. » 

Bruno Jourdain souriant
Bruno Jourdain, grand ami de Patrice Dominique, est décédé des suites du cancer en mai 2021. Bruno devait accompagner Patrice tout au long de son parcours de course entre Uashat Mak Mani-utenam et Mistissini afin de le ravitailler.

Nous savons que le cancer touche les Noirs, les personnes de couleur et les Autochtones différemment.  Puisqu’environ 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie, il est plus important que jamais de continuer nos efforts afin de financer des projets de recherche novateurs et inclusifs qui sauvent des vies. C’est pour cette même raison que Patrice, maintenant en rémission depuis 2019, a voulu courir plus de 1000 kilomètres du 21 juin 2021 au 30 juin 2021 et amasser des dons pour la Société canadienne du cancer. En date de juillet 2021, Patrice a atteint son objectif et a amassé plus de 75 000 $! 

« C’est important de donner à la Société canadienne du cancer, car il y a toujours quelqu’un de proche dans ta famille ou tes amis qui sont atteints. Il faut croire en la recherche. Il ne faut pas se laisser abaisser. Les chercheurs sont capables de trouver des traitements contre le cancer. » 

Inspiré par l'histoire et la passion de Patrice? Vous pouvez vous aussi créer votre collecte de fond personnalisée pour faire changer l'avenir du cancer.