Portrait

« Ne vous découragez pas! » – De nouvelles recherches innovantes sur le cancer suscitent l’espoir

Chaque jour, des progrès incroyables sont réalisés dans le domaine de la recherche sur le cancer. Et avec l'aide de la technologie, nous avons la possibilité de créer des changements plus importants que nous ne l'aurions jamais cru possible. Les nouvelles technologies comme l'intelligence artificielle (IA), les dispositifs portables et intelligents, et la robotique ont le potentiel de transformer les soins en oncologie, notamment en matière de prévention et de détection précoce.

C'est pourquoi, en partenariat avec l’Institut du cancer des Instituts de recherche en santé du Canada (IC-IRSC), la Fondation Brain Canada et La Société de leucémie et lymphome du Canada, la Société canadienne du cancer (SCC) investi 4 millions de dollars pour financer 27 projets de recherche novateurs  axés sur la prévention du cancer et sa détection précoce, alors qu'il est souvent plus facile à traiter.

Nous avons invité 3 des chercheurs financés dans le cadre de cette initiative à nous faire part de la manière dont ils exploitent les technologies de pointe pour nourrir l'espoir et changer des vies.


Elijah Van Houten, Ph.D. : Un soutien-gorge pour détecter le cancer du sein plus tôt

En tant que professeur et chercheur, Elijah Van Houten, Ph.D est passionné par son travail et désire tout comme nous changer l'avenir du cancer.

« Le cancer touche toutes les personnes, peu importe leur parcours de vie ou de quel milieu elles viennent, et souvent malgré un mode de vie sain. Je veux faire tout mon possible pour elles. »

Lorsque le cancer du sein  est détecté à un stade précoce, les chances de réussite du traitement sont meilleures. Cependant, les méthodes actuelles de dépistage et de détection précoce  sont inconfortables et utilisent la radiothérapie , ce qui limite la fréquence des dépistages. Et s'il existait un moyen facile et pratique de faire un dépistage du cancer du sein à domicile? C'est exactement ce que le chercheur Van Houten et son équipe de l’Université Sherbrooke espèrent créer en mettant au point un soutien-gorge capable de détecter les petites tumeurs du sein.

Les tumeurs du sein présentent de nombreuses caractéristiques différentes de celles des tissus sains, ce qui signifie qu'une tumeur modifie le comportement global du tissu mammaire. L'équipe du chercheur Van Houten utilise une technologie de pointe pour construire un prototype de soutien-gorge qui peut détecter et mesurer ces changements, alors que la personne qui le porte vague à ses activités quotidiennes.

En cas de succès, cela pourrait révolutionner le modèle actuel de dépistage du cancer du sein en offrant aux personnes un moyen simple et pratique de se soumettre à un dépistage en continu et quotidien à domicile. Cette technologie pourrait également être utilisée pour aider à détecter les récidives (réapparition du cancer après sa guérison complète) de cancer du sein afin qu'elles puissent être dépistées et traitées plus tôt, ce qui améliorerait les chances de succès du traitement.

« Dans le domaine de la recherche, il peut être tentant de voir grand, rapidement, mais je trouve que des résultats significatifs qui résistent à l'épreuve du temps proviennent d'un développement lent et minutieux. Ne vous découragez pas! Réévaluez et révisez plutôt. »


Le chercheur Van Houten à l’extérieur durant l’hiver et souriant.

Farzad Khalvati, Ph.D. : Améliorer les résultats et la qualité de vie des enfants atteints de tumeurs cérébrales

Le cancer infantile est la première cause de décès par maladie chez les enfants au Canada. Nous croyons qu'un enfant qui est atteint de cancer est un enfant malade de trop. Avec l’aide des chercheurs comme Farzad Khalvati, Ph.D., nous créons le changement.

Les enfants atteints de gliomes à croissance lente, le type de tumeur cérébrale  le plus courant chez les enfants, connaissent souvent de multiples récidives (réapparition du cancer après sa guérison complète), ce qui entraînent des traitements plus nombreux et en continu qui peuvent nuire à la qualité de vie de l'enfant.

La connaissance du profil génétique de ces tumeurs pourrait potentiellement améliorer la manière dont elles sont diagnostiquées et traitées. Mais pour obtenir le profil génétique, il faut procéder à une biopsie cérébrale invasive, qui ne peut prélever qu'une petite partie de la tumeur, et ne fournit pas suffisamment d'informations sur l'ensemble du cancer.

Le chercheur Khalvati et son équipe de la Hospital for Sick Children (SickKids) travaillent sur une solution à ces problèmes en développant une nouvelle technologie qui permet d'examiner rapidement et de manière non invasive le profil génétique de l'ensemble du gliome. Les chercheurs utilisent l'intelligence artificielle (IA) pour analyser l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et rechercher les caractéristiques génétiques de la tumeur.

« Nous utilisons l'IA pour découvrir des informations précieuses sur l’imagerie par résonance magnétique (IRM) qui peuvent être invisibles pour les médecins. C'est comme regarder des images en utilisant une paire de lunettes alimentées par l'IA. »

Cette utilisation innovante de l'IA fournira des informations essentielles pour aider les médecins à comprendre comment le cancer affectera l'enfant et comment il réagira au traitement, et à déterminer le meilleur plan de traitement, aidant ainsi les enfants atteints de ces tumeurs à vivre plus longtemps et plus pleinement.

Ce projet a ete rendu possible grâce à SCC et Brain Canada, par le biais du Fondscanadien de recherche sur le cerveau, avec le soutien financier de Sante Canada.


Le chercheur Khalvati à l’extérieur en été et souriant.

Dre Catherine Poh : Développer un logiciel d'intelligence artificielle (IA) pour détecter les cancers buccaux

En tant que spécialiste en pathologie buccale, le Dre Catherine Poh a vu de ses propres yeux comment un diagnostic de cancer de la cavité buccale  peut changer la vie et le bien-être d'une personne.

« J'ai vu les conséquences de cette maladie sur les patients atteints de cancer de la cavité buccale. J'espère que grâce à un dépistage précoce, nous pourrons améliorer les résultats du traitement et offrir aux personnes atteintes d'un cancer de la bouche une meilleure qualité de vie. »

La détection et le traitement précoce du cancer de la cavité buccale peuvent améliorer considérablement les chances de survie, mais il peut être difficile de le diagnostiquer à un stade précoce. Pour ce faire, les médecins et les dentistes nécessitent une formation hautement spécialisée, malheureusement qu’ils ne possèdent pas tous. et une interprétation subjective peut entraîner des erreurs et des retards.

Pour surmonter ces difficultés, la Dre Poh et son équipe de l’Université de la Colombie-Britannique sont en train de créer un nouveau logiciel d'IA qui peut analyser les cellules buccales afin de distinguer les lésions cancéreuses des lésions non cancéreuses. Cette approche utilisera des cellules prélevées lors du brossage des dents, ce qui en fera un moyen simple et non invasif de dépister les cancers de la cavité buccale à un stade précoce. En cas de succès, ce logiciel pourrait permettre aux médecins et aux dentistes de proposer à plus grande échelle le dépistage du cancer de la cavité buccale, ce qui les aidera à le diagnostiquer plus tôt, et à améliorer les résultats du traitement.


La Dre Poh souriant.

Avec l'aide de nos généreux donateurs, nous pouvons financer les plus brillants et prometteurs chercheurs dont les projets ont le potentiel de faire progresser considérablement nos connaissances sur le cancer. En investissant dans des projets de recherche novateurs comme ceux des chercheurs Van Houten et Khalvati et de la Dre Poh, nous faisons des progrès dans la prévention, la détection et le diagnostic du cancer. Ensemble, nous pouvons changer et sauver la vie de milliers de personnes à travers le pays!