Portrait

9 événements survenus en 2020 et leur impact sur l’avenir du cancer

2020 a été une année sans pareille. La pandémie de la COVID-19 a peut-être changé notre monde, mais elle n’a pas empêché des personnes à travers le pays de nous aider à améliorer la vie de ceux et celles touchés par le cancer.

Que ce soit le changement de formule des activités au profit d’expériences virtuelles emballantes ou l’investissement dans des initiatives de recherche novatrices pour continuer à trouver des façons de soutenir les personnes atteintes de cancer à chaque étape de leur expérience, nous avons réalisé beaucoup de choses en 2020. Voici donc quelques-uns de ces changements, réussites et jalons.

1. Financer le premier essai clinique en son genre sur la COVID-19


En juillet, nous avons annoncé un nouvel essai clinique sur la COVID-19 dirigé par le Groupe canadien des essais sur le cancer, lequel est financé par la Société canadienne du cancer. Il s’agit du premier essai au monde visant à évaluer si un traitement immunostimulant, appelé IMM-101, peut réduire la fréquence et la gravité des symptômes de la COVID-19 chez les personnes recevant un traitement actif contre le cancer.

S’il est efficace, IMM-101 pourrait également être bénéfique chez les personnes aux prises avec d’autres maladies chroniques ou un système immunitaire affaibli qui les exposent aussi à un risque accru de conséquences graves si elles contractent la COVID-19. En outre, IMM-101 pourrait aider à protéger les personnes atteintes de cancer contre d’autres infections des voies respiratoires comme la grippe saisonnière.

2. S’unir à Cancer de la Prostate Canada


En février, la Société canadienne du cancer a fièrement annoncé sa fusion avec Cancer de la Prostate Canada. Ce partenariat transformateur a permis d’unir les forces de deux organismes qui ont plusieurs objectifs communs : prévenir le cancer, accroître la sensibilisation à la détection précoce, financer des recherches sur le cancer qui sauvent des vies et s’assurer que personne n’est seul pour faire face au cancer.

Ensemble, nous pouvons faire encore plus pour les personnes atteintes de cancer, y compris pour les hommes canadiens – et il y en aura 1 sur 9 – qui recevront un diagnostic de cancer de la prostate au cours de leur vie.

3. Changer la formule des événement pour créer des expériences virtuelles emballantes


Cette année, en raison de la pandémie et pour assurer la sécurité et le bien-être de nos sympathisants, nous avons pris la difficile décision d’annuler nos activités de collecte de fonds en personne. Nous n’avons pas pour autant cessé d’avoir un impact pour les personnes touchées par le cancer. Pour la toute première fois, nous avons repensé certains de nos événements signature de collecte de fonds et les avons convertis en expériences virtuelles emballantes.

Le 13 juin, nous avons tenu le Relais à la maison, une nouvelle façon de participer en ligne, dans le confort de son foyer, au Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer. Environ 4200 participants d’un peu partout au pays ont fait le Relais à la maison et ont recueilli 4,3 millions de dollars, prouvant que notre communauté passionnée de gens comme VOUS, qui ont le cancer à cœur, est plus forte que jamais.

Chaque année, la Course à la vie CIBC de la Société canadienne du cancer attire des sympathisants qui recueillent des fonds destinés à des projets de recherche novateurs sur le cancer du sein et à un réseau d’aide national qui améliore concrètement la vie des personnes atteintes d’un cancer du sein, et 2020 n’a pas fait exception! Le 4 octobre dernier, 25 000 participants ont planifié leurs propres trajets et ont marché ou couru seuls ou de façon sécuritaire avec des amis et des membres de leur famille. Ensemble, nous avons amassé 8,5 millions de dollars pour le cancer du sein!

Il est inspirant de constater que des milliers de nos sympathisants, en groupe ou individuellement, se sont ralliés à notre cause et ont embrassé ces nouvelles façons d’agir contre le cancer.

4. Prendre l’engagement de mieux démontrer notre appui pour tous les Canadiens et les voix des Noirs, des Autochtones et des personnes de couleur


Puisque près d’une personne sur deux recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie, le cancer nous touche tous. Il est donc essentiel que nous représentions la diversité du Canada dans tout le travail que nous accomplissons.

En juin, nous avons diffusé notre Déclaration publique de solidarité avec la communauté noire, reconnaissant que nous devons mieux comprendre les besoins des communautés mal desservies (y compris les Noirs, les Autochtones et les personnes de couleur), éliminer les obstacles afin que tous puissent avoir accès aux soins, au soutien et à l’information dont ils ont besoin, et revoir nos approches afin de pouvoir commencer à corriger les profondes disparités qui existent en ce qui a trait au risque de cancer, aux soins contre le cancer et à la recherche sur le cancer.

Nous avons défini un plan qui comprend, comme premières étapes, la formation d’un conseil interne de la diversité et de l’inclusion, l’élargissement et l’amélioration du Plan d'action d'excellence en matière d'inclusion dans la recherche de la SCC, pour mieux intégrer l’équité, la diversité, l’inclusion et l’accessibilité à tous nos programmes de recherche, et la poursuite de l’important travail de notre conseil consultatif sur le cancer de la prostate,  pour sensibiliser au risque de cancer et au dépistage du cancer de la prostate chez les hommes noirs.

C’est le début d’un important parcours, et un engagement que nous avons l’intention d’honorer maintenant et pour très longtemps.

5. Investir dans la plus vaste initiative de recherche sur la survie au cancer au Canada


En septembre, nous avons annoncé les 6 titulaires des toutes premières Subventions d'équipe pour la recherche sur la survie au cancer de la Société canadienne du cancer et des Instituts de recherche en santé du Canada, en partenariat avec l’Alberta Cancer Foundation.

Puisque 4 survivants du cancer sur 5 éprouvent de sérieuses difficultés après la fin du traitement, il est urgent de mieux comprendre comment prévenir, réduire et maîtriser les effets physiques et émotionnels du cancer afin d’aider les survivants à avoir une vie plus longue, d’en profiter plus pleinement et d’être en meilleure santé. L’investissement conjoint de 13,4 millions de dollars servira à financer des projets où des chercheurs, des cliniciens, des survivants et des proches aidants se pencheront ensemble sur les grandes questions entourant la survie au cancer.

6. Lancer le rapport issu de la table ronde sur les prestations de maladie de l’assurance-emploi


À l’heure actuelle, la période de versement des prestations de maladie de l'assurance-emploi est de 15 semaines, ce qui n’est pas suffisant  pour couvrir la durée du traitement de bon nombre de personnes atteintes de cancer. La durée moyenne du traitement et du rétablissement est de 26 à 36 semaines pour le cancer du sein et de 37 semaines pour le cancer du côlon. Ces deux types de cancer sont parmi les plus fréquents au Canada.

Dans le cadre de nos activités de défense de l’intérêt public, nous avons diffusé, en partenariat avec plusieurs autres organismes voués à la santé, un rapport  (en anglais seulement) contenant 10 grandes recommandations pour améliorer les prestations de maladie de l’assurance-emploi, l’une étant de faire passer la période de versement de 15 à au moins 26 semaines.

Le rapport est un guide pour l’élaboration des politiques gouvernementales, et fournit un consensus sur les mesures que des experts jugent nécessaires afin de bonifier les prestations pour les Canadiens qui dépendent de celles-ci en cas de maladie grave ou de blessure.

Nous croyons que les Canadiens atteints de cancer doivent bénéficier du temps qu’il leur faut pour accéder à des soins, guérir et se concentrer sur leur rétablissement.

7. Publier un rapport spécial sur le cancer du poumon


Le cancer du poumon  est le cancer le plus diagnostiqué au Canada, et est la première cause de mortalité par cancer tant chez les hommes que chez les femmes. Pour mieux comprendre ses répercussions au Canada, nous avons publié les Statistiques canadiennes sur le cancer : Un rapport spécial 2020 sur le cancer du poumon  en collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada et Statistique Canada.

L’un des points essentiels à retenir du rapport est qu’environ 86 % des cas de cancer du poumon sont causés par des facteurs de risque  modifiables, ce qui en fait l’un des cancers les plus évitables au Canada.

Le tabac demeure le principal facteur de risque pour le cancer du poumon, représentant environ 72 % de tous les cas diagnostiqués en 2020. La sédentarité, l’exposition au radon, l’amiante et la pollution de l’air sont d’autres facteurs de risque qui augmentent le risque d’apparition d’un cancer du poumon chez les Canadiens.

En diffusant d’importants faits et constats tirés de ce rapport , nous soulignons qu’il est crucial d’apporter des changements pour réduire le nombre de Canadiens qui auront un cancer du poumon et améliorer de façon significative l’espérance et la qualité de vie de ceux qui recevront un tel diagnostic.

8. Accomplir d’importants progrès dans la lutte contre le tabagisme

Depuis plusieurs années, la Société canadienne du cancer prône la lutte antitabac et des restrictions plus sévères pour la publicité sur les cigarettes électroniques comme moyens de protéger les jeunes et de favoriser la santé publique. En 2020, nous avons assisté à des progrès dans la lutte contre le tabagisme dans tout le pays, en partie grâce à notre travail intensif de défense de l’intérêt public auprès de tous les paliers de gouvernement.

Le gouvernement fédéral a adopté une nouvelle réglementation qui limite la publicité sur les cigarettes électroniques  dans tous les endroits où elle peut être vue ou entendue par des jeunes. Comme les entreprises de vapotage utilisent des publicités conçues expressément pour attirer les jeunes, limiter l’exposition à ces annonces ciblées est un moyen de réduire le vapotage et d’ainsi prévenir l’apparition d’une dépendance à la nicotine chez les jeunes.

Des gouvernements provinciaux ont mis en œuvre plusieurs mesures de lutte contre le tabagisme. L’Île-du-Prince-Édouard a été la première province canadienne à porter à 21 ans l’âge minimal pour acheter du tabac et des cigarettes électroniques, de sorte qu’il est encore plus difficile pour les jeunes de devenir accros au tabac.

9. Transformer notre façon de soutenir les Canadiens pendant la pandémie


Tout au long d’une année difficile, nous avons trouvé de nouvelles façons de communiquer avec les personnes qui ont besoin de nous en continuant d’offrir du soutien aux personnes atteintes de cancer et à leurs proches. Sur notre site Web, nous avons diffusé de l’information essentielle sur le cancer et la COVID-19 et avons créé une nouvelle série de webinaires  sur la prise en charge du cancer pendant la pandémie. Notre Ligne d’aide et d’information sur le cancer et notre communauté en ligne ParlonsCancer.ca, des services gratuits, ont été des sources de réconfort et de soutien pour des milliers de personnes à travers le pays.

Nous savons à quel point des programmes comme nos banques de prothèses capillaires et d’accessoires post-mastectomie sont précieux pour les personnes aux prises avec le cancer; c’est pourquoi nous avons transformé ce service en un nouveau système de distribution virtuel. Pour les personnes qui doivent quitter leur domicile afin de recevoir un traitement contre le cancer, nos maisons d’hébergement offrent la chaleur d’un foyer. Nous avons rouvert nos maisons d’hébergement en ajoutant des mesures pour assurer la sécurité et le bien-être des communautés qui les fréquentent, dont les personnes atteintes de cancer, les proches aidants, les sympathisants, les bénévoles et les employés.

Cet été, nous avons aussi lancé le Camp Goodtimes à la maison, une version virtuelle du Camp Goodtimes, notre programme de camp pour les enfants atteints de cancer. Ce programme a offert aux enfants et à leur famille l’occasion de vivre une expérience de camp sécuritaire et remplie de joie dans le confort de leur foyer, et a permis aux campeurs d’échanger entre eux et avec la communauté du camp.

Ensemble, nous finançons des projets de recherche novateurs qui nous aident à découvrir de nouvelles stratégies pour prévenir, diagnostiquer, traiter et vivre pendant et après une expérience de cancer. Nous fournissons de l’information digne de confiance et un soutien empreint de compassion aux personnes atteintes de cancer et à leurs proches. De plus, nous façonnons des politiques de santé en vue de prévenir le cancer et de soutenir les personnes touchées par la maladie.

Pour 2021 et au-delà, nous sommes plus déterminés que jamais à continuer d’entraîner des changements durables dans la vie des personnes atteintes de cancer d’un océan à l’autre. Avec votre appui, nous pourrons continuer à prouver qu’il est possible d’agir contre le cancer.