À propos de nous

Notre histoire

A child holding daffodils

Déterminée à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancer depuis plus de 80 ans

Si la Société canadienne du cancer (SCC) a été officiellement créée en 1938, les origines de l’organisme remontent en fait à 1929, lorsque l’Association médicale de la Saskatchewan créa le premier comité sur le cancer au Canada.

Ce comité avait été mis sur pied à la demande de la communauté médicale, qui s’inquiétait de plus en plus de l’ignorance de la population par rapport aux signes de cancer. En effet, lorsque les personnes atteintes de cancer consultaient un médecin à l’époque, la maladie était déjà avancée et leurs chances de survie s’en trouvaient diminuées. Des comités sur le cancer furent également formés dans d’autres associations médicales provinciales; en 1931, l’Association médicale canadienne créait le Comité national d’étude sur le cancer.

En 1935, le gouverneur général du Canada invita les Canadiens à célébrer le 25e anniversaire du couronnement de leur roi en faisant un don au Fonds du jubilé du roi George V pour le cancer. La campagne connut un vif succès : à la fin de l’année, près de 500 000 $ avaient été amassés.

En 1937, le Comité national d’étude recommanda la formation de la Société canadienne de lutte contre le cancer, laquelle fut créée officiellement l’année suivante. Elle devait changer de nom quelques années plus tard pour devenir la Société canadienne du cancer. Dix ans plus tard, elle commençait à subventionner la recherche sur le cancer.

Au cours de ses premières années de fonctionnement, la majeure partie des revenus de la SCC consistait en une subvention annuelle de l’Association médicale canadienne provenant des intérêts du Fonds du jubilé du roi George V pour le cancer. Aujourd’hui, presque tous ses revenus sont générés par ses programmes de collecte de fonds et les dons provenant de particuliers au pays et d’entreprises partenaires.

Grâce à la générosité de ses donateurs, la Société canadienne du cancer a subventionné des milliers de chercheurs depuis 1947 et a investi plus de 1 milliard de dollars pour financer la recherche sur le cancer. Cet investissement a permis d’accomplir d’immenses progrès. De nos jours, environ 60 % des Canadiens atteints de cancer survivent au moins cinq ans après avoir reçu leur diagnostic plutôt que 25 % dans les années 1940. Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survies dépassent 90 %. Certains cancers sont en voie de devenir des maladies traitables, ce qui fera du cancer une maladie avec laquelle vivre et non plus une maladie mortelle.

Pendant de nombreuses années, la SCC exerçait ses activités sous 10 divisions provinciales, mais elle sert aujourd’hui les Canadiens en tant qu’une seule et même entité. En œuvrant à l’échelle nationale, l’organisme peut gagner en efficacité et optimiser les fonds recueillis. Tous les Canadiens bénéficient de ces avancées, peu importe où ils vivent.

En 2017, la SCC et la Fondation canadienne du cancer du sein ont fusionné pour éliminer le chevauchement des efforts, unir leurs forces et mieux se positionner pour aider les personnes touchées par le cancer du sein partout au pays. Une telle consolidation était alors sans précédent dans le secteur sans but lucratif au Canada.

En 2020, la SCC et Cancer de la Prostate Canada ont fusionné pour réduire davantage les chevauchements et faire en sorte – par l’entremise de projets de recherche, de services de soutien, d’activités de défense de l’intérêt public et d’initiatives de sensibilisation à la santé – que les dons aient un impact toujours plus grand en vue d’aider les hommes qui font face au cancer de la prostate.