Nouvelle

L’espoir grandit dans le jardin de jonquilles des survivants du cancer

Le jardin pour survivants sur le front de mer surplombant le port à Dartmouth.

Après avoir quitté l’Ontario pour revenir à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, Judie Edgar a commencé à s’ennuyer des deux jardins pour survivants du cancer qu’elle fréquentait régulièrement.

Dans les quatre années qui ont suivi son deuxième diagnostic de cancer, Judie a continué de penser à ces espaces où elle avait passé beaucoup de temps à réfléchir à son expérience. C’est seulement lorsque son mari Jim a reçu un diagnostic de cancer en 2017 qu’elle a eu la « révélation », et le couple s’est engagé dans la mission de recueillir des fonds et de construire un jardin pour survivants sur le front de mer surplombant le port à Dartmouth.

Judie et Jim ont amassé plus de 75 000 $, comprenant un soutien financier de la province de la Nouvelle-Écosse, des conseillers régionaux de Halifax et du CN, et ont assisté à plus de 60 réunions avec les trois ordres de gouvernement et des dirigeants locaux en 2018 seulement. Le processus de construction a été lancé, avec l’embauche de l’entrepreneur Xcel Landscaping et d’architectes paysagistes en planification et conception d’aménagements extérieurs, et le jardin de jonquilles pour les survivants du cancer a été officiellement inauguré en septembre 2020 par le lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, l’honorable Arthur J. LeBlanc, devant des dignitaires et invités respectant les mesures sanitaires strictes liées à la COVID-19. Les Edgar ont été très honorés de voir ce rêve concrétisé, surtout en 2020.

« Jim et moi avons une définition d’un "survivant du cancer" qui diffère un peu de celle que d’autres utiliseraient, explique Judie. Pour nous, un survivant du cancer n’est pas juste la personne qui a reçu un diagnostic, mais les gens qui l’accompagnent pendant son expérience du cancer, comme les membres de la famille, les amis, les collègues et l’équipe médicale. »

Dans le jardin, le premier du genre dans le Canada atlantique, les visiteurs peuvent s’asseoir sur des chaises et des bancs jaunes; des citations inspirantes et lignes directrices de bon sens sont gravées derrière eux le long d’un parcours en forme de ruban symbolisant le « Path to Recovery » (« chemin vers le rétablissement ») et la « Positive Attitude Way » (« voie de l’attitude positive »). Au centre du jardin se trouve une création artistique représentant trois personnes, toutes à différents stades de la vie, signifiant que le cancer peut frapper n’importe qui, à n’importe quel âge.

« Nous croyons que s’il y a quelque chose dans la vie qui nous met tous sur le même pied d’égalité, c’est le cancer, dit Judie. Je suis constamment surprise de voir à quel point le cancer rapproche les gens. »

Depuis que le jardin est ouvert, Judie a déjà reçu des messages de personnes atteintes de cancer qui y font leur premier arrêt après la fin du traitement. Tournée vers l’avenir, Judie a hâte de voir fleurir ce printemps les 6800 jonquilles que des bénévoles ont plantées en octobre dernier.

« Je n’exprimerai jamais assez ma reconnaissance pour le soutien de la Société canadienne du cancer envers ce projet, dit Judie. Près d’un Canadien sur deux aura un cancer au cours de sa vie, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un lieu de détente et de réflexion aux personnes atteintes de la maladie. »