Communiqué de presse

Ludovick Bourgeois et la Société canadienne du cancer veulent détrôner le cancer du côlon (detrononslecancer.ca)

MONTRÉAL -

La Société canadienne du cancer (SCC) et Ludovick Bourgeois profiteront du mois de mars, qui est dédié au cancer colorectal (aussi appelé cancer du côlon), pour sensibiliser les Québécois et Québécoises de 50 à 74 ans au fait qu’un test peut détecter la maladie précocement et les amener à parler à leur médecin, en présentiel ou par consultation virtuelle en contexte de pandémie, de la possibilité de passer un test de dépistage tous les deux ans1.  

Même en temps de pandémie, le cancer colorectal n’a pas pris de pause. On estime qu’actuellement, au pays, un cancer colorectal sur deux est diagnostiqué une fois qu’il s’est propagé à d’autres parties du corps. Sachant que 6 Québécois âgés de 50 à 74 ans sur 10 ne passent toujours pas un test pour détecter le cancer du côlon tous les deux ans, la SCC interpelle la population à changer ces chiffres et rappelle que lorsqu’on détecte et qu’on traite le cancer du côlon à un stade précoce, les chances de réussite du traitement sont meilleures et la survie après cinq ans est d’au moins 90 %. À un stade très avancé, le taux de survie à ce cancer n’est que de 13 %. Le cancer du côlon est la deuxième cause de décès par cancer au Québec, mais nous pouvons le détrôner grâce au test de dépistage RSOSi.

« S’il avait su qu’un test de dépistage existait, c’est sûr que mon père l’aurait passé », rapporte le chanteur Ludovick Bourgeois, fils de Patrick Bourgeois, malheureusement décédé d’un cancer du côlon. « Faire du bruit, c’est mon métier. Aujourd’hui, face à ce cancer silencieux, j’invite les gens à briser le silence et à parler de dépistage. C’est comme ça qu’on augmentera les chances de survie! »

Test de dépistage rsosi : non invasif, simple et se fait à la maison

Le cancer du côlon laisse souvent dans les selles des traces de sang invisibles à l’œil nu. Le test de dépistage du cancer du côlon est simple, rapide, sans douleur et se fait à la maison en moins de 2 minutes. Il consiste à prélever un échantillon de ses selles afin qu’il soit ensuite analysé en laboratoire.

 « Le test de dépistage du cancer du côlon permet de détecter des lésions précancéreuses, qui peuvent être enlevées facilement et en toute sécurité avant même qu’elles se transforment en cancer. Au besoin, vous serez pris en charge par un médecin spécialiste qualifié qui prendra soin de vous, a pour sa part précisé la Dre Mélanie Bélanger, présidente et porte-parole de l’Association des gastro-entérologues du Québec. »

Sécuritaire même en contexte de pandémie

La SCC rappelle à la population que même en contexte de pandémie, une détection précoce du cancer est d’une importance primordiale, car le cancer colorectal est parfois silencieux, mais il n’attend pas. La santé des gens doit demeurer une priorité. La SCC encourage le public à respecter les consignes de santé publique et les mesures sanitaires. D’ailleurs, lorsque nécessaire, les déplacements dans les établissements de santé sont sécuritaires si les mesures sanitaires sont respectées. De plus, la SCC souligne que si des préoccupations de santé, comme un signe ou un symptôme de cancer ou d’une maladie grave se font ressentir, il ne faut pas attendre pour consulter un médecin.

« Même en période de pandémie, si vous avez plus de 50 ans, n’hésitez pas à discuter du test de dépistage RSOSi avec votre médecin, précise le Dr Claude Rivard qui, en plus d’être lui-même médecin de famille à Sainte-Julie et membre du conseil d’administration de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), est un survivant du cancer du côlon. L’ordonnance du médecin permet d’obtenir gratuitement une trousse du test de dépistage dans un centre de prélèvements près de chez vous. La détection précoce du cancer est d’une importance capitale, même en temps de pandémie. Dans le respect des mesures sanitaires, se rendre dans un centre de prélèvements pour récupérer ou retourner un test est sécuritaire. »

Une fois le test complété, il est essentiel de le rapporter à un centre de prélèvements pour analyse et de faire les investigations requises si le test s’avère positif. Cela n’indique pas nécessairement la présence d’un cancer, mais il est important de suivre les recommandations du médecin.

  • Chaque année, environ 6800 Québécois reçoivent un diagnostic de cancer du côlon et 2650 personnes décèdent des suites de la maladie.
  • Le cancer colorectal tue plus que les cancers du sein et de la prostate réunis. C’est en fait la deuxième cause de décès par cancer au Québec après le cancer du poumon.
  • Près de 95 % des cas de cancer colorectal apparaissent après l’âge de 50 ans.

Comment le cancer du côlon se manifeste-t-il ?

Le cancer du côlon se forme dans le gros intestin. Il se développe habituellement à partir de polypes, de petites masses de chair qui poussent sur les parois internes du gros intestin. Ces polypes peuvent avec le temps se transformer en cancer. Le test de dépistage du cancer du côlon permet autant de détecter tôt un cancer que la présence de polypes qui seront enlevés lors d’une coloscopie si le test de présence de sang dans les selles s’avère positif.

Moyens pour réduire son risque de cancer du côlon selon la SCC

  • Faire un test de dépistage à la maison tous les deux ans
  • Éviter de fumer
  • Pratiquer chaque jour au moins 30 minutes d’activité physique
  • Adopter de bonnes habitudes alimentaires :
    • Limiter sa consommation d’alcool
    • Limiter sa consommation de viande rouge et de charcuteries
    • Manger beaucoup de fruits, de légumes et de fibres
    • Choisir de préférence des céréales à grains entiers
  • Maintenir un poids santé

À propos de la Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer (SCC) est le seul organisme de bienfaisance national à soutenir les personnes touchées par tous les types de cancer, dans les communautés à travers le pays. Aucune autre organisation ne fait la même chose que nous. Nous sommes la voix des femmes et des hommes qui ont le cancer à cœur. Nous finançons des projets de recherche novateurs, nous fournissons un réseau d’aide pour toutes les personnes touchées par le cancer et nous favorisons l’adoption de politiques en matière de santé qui aident à prévenir le cancer et soutiennent les personnes touchées par la maladie.

Ensemble, agissons contre le cancer. Appelez-nous au 1 888 939-3333 ou visitez cancer.ca aujourd’hui.

Pour coordonner une entrevue avec Ludovick Bourgeois, un porte-parole de la SCC, ou un spécialiste, communiquez avec Magalie Difolco par courriel au magalie@difolco.ca ou par téléphone au 514 833-2757.

1Test immunochimique de recherche de sang occulte (non visible à l’œil nu) dans les selles ou Test FIT. Ce test n’est pas infaillible, mais les données scientifiques nous indiquent que le fait d’effectuer régulièrement ce type d’analyse diminue le risque de décès par cancer du côlon.

Sur 1000 personnes qui font le test de dépistage, seulement 36 auront un résultat anormal et devront ensuite passer une coloscopie. Parmi ces 36 personnes :

  • 4 auront un cancer colorectal;
  • 17 se feront enlever un ou plusieurs polypes (de petites masses de chair qui poussent dans le gros intestin et qui peuvent parfois se transformer en cancer);
  • 15 n’auront ni polypes ni cancer.