Communiqué de presse

La nouvelle réglementation nationale fixant le taux maximal de nicotine pour les cigarettes électroniques réduira le tabagisme chez les jeunes

OTTAWA (ONTARIO) -

La nouvelle réglementation nationale annoncée aujourd’hui, qui fixe une concentration maximale de nicotine de 20 mg/ml pour les cigarettes électroniques, représente une mesure essentielle pour aider à protéger les jeunes contre la dépendance à la nicotine. Ces règlements adoptés sous leur forme finale entreront en vigueur le 8 juillet 2021. La Société canadienne du cancer félicite la ministre de la Santé, Patty Hajdu, pour ces règlements importants.

À l’heure actuelle, au moins 33 pays, dont les 27 pays de l’Union européenne, ainsi que les provinces de la Colombie-Britannique et de la Nouvelle-Écosse ont déjà mis en place une réglementation limitant la concentration en nicotine maximale à 20 mg/ml. Au Canada, certaines cigarettes électroniques de marques Juul et Vuse ont des concentrations en nicotine de 59 mg/ml ou 57 mg/ml, soit trois fois la limite inscrite dans la réglementation de l’Union européenne et dans la réglementation canadienne proposée.

Santé Canada a également annoncé aujourd’hui un projet de restrictions pour consultation sur les arômes des cigarettes électroniques, restreignant la plupart des arômes, mais permettant une exemption pour les arômes de menthe et de menthol, en plus de l’arôme de tabac. Ces restrictions sur les arômes des cigarettes électroniques constituent une mesure positive importante et nécessaire pour protéger les jeunes. Cependant, les arômes de menthe et de menthol sont attrayants pour les jeunes. Au cours de la période de consultation, la Société canadienne du cancer recommandera que le projet de règlement sur les arômes des cigarettes électroniques soit renforcé afin d’éliminer ces exemptions.

Un nombre croissant de territoires de compétence adoptent des lois visant à restreindre la vente de tous les arômes des cigarettes électroniques autres que l’arôme de tabac. Ces territoires comprennent la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard, le Nunavut, le Massachusetts, le Rhode Island, le New Jersey, l’État de New York, de nombreuses municipalités américaines, la Finlande et les Pays-Bas. Le Québec a également annoncé son intention d’adopter une telle réglementation.

Les cigarettes électroniques à forte teneur en nicotine et l’utilisation généralisée d’arômes sont devenues une préoccupation croissante au Canada en raison de l’augmentation du taux de vapotage chez les jeunes. En seulement quatre ans, le taux de vapotage chez les jeunes Canadiens a plus que triplé. Selon les données de l’Enquête canadienne sur la consommation de tabac, d’alcool et de drogues chez les élèves, la prévalence de l’utilisation de cigarettes électroniques chez les élèves de la 10e à la 12e année est passée de 9 % en 2014-2015 à 29 % en 2018-2019.

« Le taux de vapotage élevé chez les jeunes est très inquiétant et démontre la nécessité d’une nouvelle réglementation, déclare Rob Cunningham, analyste principal des politiques, Société canadienne du cancer. Les concentrations élevées en nicotine ont contribué au fait qu’une nouvelle génération de jeunes a développé une dépendance à la nicotine par l’entremise de la cigarette électronique. »

Il faut adopter une approche multidimensionnelle pour réduire le vapotage chez les jeunes. Depuis plusieurs années, la Société canadienne du cancer prône l’adoption de mesures plus strictes en matière de vapotage afin de protéger la santé des jeunes et de la population en général. Les mesures annoncées aujourd’hui s’appuient sur les récentes restrictions fédérales en matière de publicité pour les cigarettes électroniques afin de protéger les jeunes des stratégies de marketing de l’industrie du tabac, ainsi que sur une nouvelle taxe fédérale sur les cigarettes électroniques.

Le tabagisme constitue la principale cause de maladies évitables et de mortalité au Canada. Il est responsable du décès de 45 000 Canadiens chaque année et représente environ 30 % des décès par cancer. Selon les données de 2019, 4,7 millions de Canadiens, soit 15 % de la population âgée de 12 ans et plus, sont fumeurs. Il reste encore beaucoup de travail à faire pour réduire le tabagisme et le vapotage chez les jeunes ainsi que pour atteindre l’objectif de réduction de la consommation de tabac à moins de 5 % d’ici 2035.

 

À propos de la Société canadienne du cancer
La Société canadienne du cancer travaille sans relâche afin de sauver et d’améliorer des vies. Nous finançons les plus brillants chercheurs sur le cancer. Nous fournissons un réseau d’aide empreint de compassion à toutes les personnes atteintes de cancer, d’un océan à l’autre et pour tous les types de cancer. En tant que voix des hommes et des femmes au pays qui ont le cancer à cœur, nous travaillons de concert avec les gouvernements pour établir des politiques en matière de santé afin de prévenir le cancer et de soutenir les personnes touchées par la maladie. Aucun autre organisme ne fait ce que nous faisons pour améliorer des vies aujourd’hui et changer l’avenir du cancer à jamais.

Ensemble, agissons contre le cancer. Appelez-nous au 1 888 939-3333 ou visitez cancer.ca aujourd’hui.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Nuala McKee
Gestionnaire, Communications de la défense de l’intérêt public
Société canadienne du cancer
416 219-7281